L'esprit vagabond

Publié le par Ysia

The principles of light and color, Edwin Babbitt

The principles of light and color, Edwin Babbitt

Des affres de la rêverie…

Scientific studies have shown that the spontaneously wandering mind has a negative impact on text comprehension and success at school, as well as on learning, attention, working memory, mathematical ability, and our capacity to drive a car safely. Daydreaming can also make us unhappy. Someone who loses contact with the present, because she zones out repeatedly into the future or the past, generally feels worse than someone who can keep her attention focused on what is happening now. There are also various types of insomnia, intoxication, light anaesthesia or illness (such as fever dreams or depressive rumination) in which we are in a sort of helpless twilight state, plagued by constantly recurring thoughts we cannot stop.

Thomas Metzinger

Sur l’arbre phylogénétique perchent le singe, le cheval et le dauphin. Le chantefable ou texte adapté du Vimalakīrti Nirdeśa Sūtra, manuscrit de Dunhuang, emploie l’expression 心猿意馬 qui signifie que l’esprit gesticule comme un singe et s’emballe comme un cheval au galop. Xin, idéogramme fondamental dans la littérature du bouddhisme signifie autant 'esprit' que 'cœur'. La conscience agit comme un dialogue entre le cœur et le cerveau. C’est la pensée visuelle qui stimule les errements de l’esprit.

…tout à coup, une idée s'élance, passe avec la rapidité de l'éclair, à travers les espaces infinis dont notre cerveau nous donne la perception. Cette idée brillante, surgie comme un feu follet, s'éteint sans retour: existence éphémère, pareille à celle de ces enfants qui font connaître aux parents une joie et un chagrin sans bornes ; espèce de fleur mort-née dans les champs de la pensée. Parfois l'idée, au lieu de jaillir avec force et de mourir sans consistance, commence à poindre, se balance dans les limbes inconnus des organes où elle prend naissance ; elle nous use par un long enfantement, se développe, grandit, devient féconde, et se produit au dehors dans la grâce de la jeunesse et parée de tous les attributs d'une longue vie ; elle soutient les plus curieux regards, elle les attire, ne les lasse jamais : l'examen qu'elle provoque commande l'admiration que suscitent les œuvres longtemps élaborées. Tantôt les idées naissent par essaim : l'une entraîne l'autre; elles s'enchaînent ; toutes sont agaçantes; elles abondent, elles sont folles. Tantôt elles se lèvent pâles, confuses, dépérissent faute de force ou d'aliments; la substance génératrice leur manque. Enfin, à certains jours, elles se précipitent dans les abîmes pour en éclairer les immenses profondeurs; elles nous épouvantent et laissent notre âme abattue. Les idées sont en nous un système complet, semblable à l'un des règnes de la nature, une sorte de floraison dont il serait possible à un homme, à un fou peut-être, de donner l’iconographie. Oui, tout, en nous et au dehors, atteste la vie de ces créations ravissantes que je compare à des fleurs, en obéissant à je ne sais quelle révélation de leur nature! Au reste, leur production comme fin de l'homme n'est pas plus étonnante que celle des parfums et des couleurs dans la plante. Les parfums sont des idées peut-être... La pesanteur du sentiment que produit l'attente ne s'accroît-elle pas par une addition constante des souffrances passées à la douleur du moment? Enfin, à quoi, si ce n'est à une substance électrique, peut-on attribuer la magie par laquelle la Volonté s'intronise si majestueusement dans les regards pour foudroyer les obstacles aux commandements du génie , éclate dans la voix , ou filtre , malgré l'hypocrisie , au travers de l'enveloppe humaine? Le torrentueux courant de ce roi des fluides qui, suivant la haute pression de la Pensée, s'épanche à flots, ou s'amoindrit et s'effile, puis, s'amasse pour jaillir en éclairs, est l'occulte ministre auquel sont dus soit les efforts , ou funestes ou bienfaisants, des arts et des passions ; soit , les intonations de la voix , rude, suave, terrible , lascive , horripilante , séductrice tour à tour, et qui vibre dans le cœur, dans les entrailles ou dans la cervelle au gré de nos vouloirs; soit tous les prestiges du toucher d'où procèdent les transfusions mentales de tant d'artistes dont les mains créatrices savent, après mille études passionnées, évoquer la nature; soit enfin, les dégradations infinies de l'œil, depuis son atone inertie jusqu'à ses projections de lueur les plus effrayantes.

Louis Lambert, Honoré de Balzac

Les pensées germent et déclenchent des mécanismes émotionnels physiques comme la peur et la peine. Ce processus se fonde sur un inconscient affectif, bagage de l’odyssée individuelle ou collective humaine.

D’une image, le dialogue intérieur naît. C’est le réseau par défaut dans le cerveau qui est actif lors de cette errance mentale. Je ne sais comment qualifier le soi rêveur ni même s’il existe. Mais s’il existe, il semble qu'il soit composite.

I don’t believe in any such entity or thing as ‘the self’. At best, we have an inner image or representation of ourselves as a whole, made up of many functional modules and layers. At its most basic, this self-model is based on an internal model of the body, including affective and emotional states, and grounded in inner-body perceptions such as gut feelings, heartbeat, breath, hunger or thirst. On another, higher layer, the self-model reflects a person’s relationships to other people, ethical and cultural norms, and sense of self-worth. But in order to create a robust connection between the social and biological levels, the self-model fosters the illusion of transtemporal identity – the belief that we are a whole and persisting entity based on the narrative our brain tells itself about ‘our’ past, present and future. (I think that it was exactly the impression of transtemporal identity that turned into one of the central factors in the emergence of large human societies, which rely on the understanding that it is I who will be punished or rewarded in the future. Only as long as we believe in our own continuing identity does it make sense for us to treat our fellow human beings fairly, for the consequences of our actions will, in the end, always concern us.)

Thomas Metzinger

Chaque être vivant est l’agglomérat inextricable de matières organiques qui apparaissent dans leur corporéité en suivant des règles immatérielles sous l’emprise des sensations , limitées par les perceptions et dominées par l’acte volitionnel au sein de la conscience .  

Dans le théâtre de la vie, l’être humain est le plus clair du temps une marionnette actionnée au moyen de fils tirés du plus profond de l’inconscient. La pensée comme un dauphin jaillit hors de l’océan de notre inconscient. Elle surgit et replonge dans l’océan de l’oubli. Parfois, elle n’est qu’une vague impression, une idée furtive qui glisse juste au-dessous du seuil de conscience. Tout comme ce dauphin que l’on observe, on peut apprendre à observer le cheminement de nos pensées et expliquer leur raison d’être. Ce sont parfois plusieurs dauphins qui se disputent notre attention. Un à droite, un à gauche et nous voilà plongés dans des tergiversations qui paralysent notre élan de décision. L’intuition est prisonnière de notre pérégrination mentale, de ce processus de régulation émotionnelle qui agite l’esprit.

Gustave Doré - The Monkey and the Dolphin

D’autres ont aussi tenté de décrire le soi. Est-il quadruple ? Est-il quintuple? Est-il multiple?

The ecological self is the self as perceived with respect to the physical environment : ‘I’ am the person here in this place, engaged in this particular activity.
The interpersonal self, which appears from earliest infancy just as the ecological self does, is specified by species-specific signals of emotional rapport and communication: I am the person who is engaged, here, in this particular human interchange.
The extended self is based primarily on our personal memories and anticipations: I am the person who had certain specific experiences, who regularly engages in certain specific and familiar routines.
The private self appears when children first notice that some of their experiences are not directly shared with other people: I am, in principle, the only person who can feel this unique and particular pain.
The conceptual self or ‘self-concept’ draws its meaning from the network of assomptions and theories in which it is embedded just as all other concept do. Some of those theories concern social roles (husband, professor, American), some postulate more or less hypothetical internal entities (the soul, the unconscious mind, mental energy, the brain, the liver) and some establish socially significant dimensions of difference (intelligence, attractiveness, wealth). There is a remarkable variety in what people believe about themselves, and not all of it is true.

Ulric Neisser

Comment cette cacophonie se déroule dans notre tête ? La pensée flotte, musarde, et s’égare, pour certains parfois, la moitié du temps. Et c’est là qu’interviennent les trois enseignements de William Osler : il faut apprendre à se concentrer sur son quotidien sans se préoccuper du lendemain, appliquer la règle d’or et cultiver l’équanimité avec courage et humilité car ce que l'avenir me réserve, je ne saurais le dire - et là mon avis diverge de celui de William Osler - ni ne devrais plus m’inquiéter de la mémoire du passé ( Remarques à l'occasion d'un dîner d'adieu à New York (20 mai 1905), publié dans Aequanimitas, et autres adresses (édition de 1910), p. 473).

Il est dit dans le Vimalakīrti Nirdeśa Sūtra:

A l’extérieur, savoir parfaitement distinguer toute chose de ses attributs, c’est intérieurement être immobile au sein du sens premier.
(外)能善分別諸法相 (内)於第一義而不動。

Sūtra de la plate-forme, p.43

Partager cet article
Repost0

Ce dont l’absence est faite

Publié le par Ysia

Seated Buddha (Gandhara region, 2nd-3rd century A.D., Gray schist)

Seated Buddha (Gandhara region, 2nd-3rd century A.D., Gray schist)

L’immatérialité captive l’esprit comme un aimant…

L’article de 陳淑芬 Shu-Fen Chen publié en 2013 a revisité la question des œuvres bouddhiques, de leur sens et de leur traduction et guidé le lecteur ou le traducteur dans la difficile tâche d’interpréter le texte chinois.

 L’absence de ponctuation compliqua la traduction du chinois ancien et en particulier des œuvres bouddhiques, un idéogramme après l’autre sans marque de ponctuation jusqu’au XIXème siècle avec l’édition japonaise Hongjiaozang 弘教藏 de 1880. Sans ponctuation, il n’est pas facile au simple coup d’œil de comprendre de quoi il est question. Elle est essentielle à la compréhension du lecteur. Mais si elle est mal employée, le sens en est détourné.

Son ajout subséquent pour faciliter la lecture des canons bouddhiques ne saurait avoir été sans erreur. L’auteur Shu-Fen Chen a comparé les six traductions chinoises du Vajracchedikā Prajñāpāramitā Sūtra et recherché le sens original sur la base du sanskrit.

En l’absence de ponctuation, comment marquait-on une pause dans la narration ? Par l’introduction régulière d’adverbes de temps tels que 時,一時,爾時. L’accusatif en sanskrit était remplacé en chinois par le caractère 邊. 

中華電子佛典協會(CBETA) introduit de nombreuses marques d’exclamation. La comparaison entre les textes du Taisho 大正藏 et du CBETA montre combien le premier présente un emploi irrégulier de la ponctuation et combien le second est clair et plus aisé à lire, CBETA améliorant le texte et corrigeant même les erreurs de ponctuation introduites dans  大正藏.


A la question « c’est quoi faire l’aumône ? », l’article y répond.「布施」traduit l’expression sanskrite dānaṃ dadāti, dānaṃ signifiant給予的行為、捐款、禮物. Dadāti est le complément du verbe。「福德」traduit le mot sanskrit puṇyaskandha, dérivé de l’expression tasya puṇyaskandhasya pramāṇam.

L’auteur cependant a souligné les anomalies ou fautes commises par CBETA. Mais il apparaît après vérification que les exemples cités dans l'article de 2013 ont été depuis rectifiés et donc n’apparaissent plus en ligne à ce jour à l’exception des corrections proposées en rouge pour les paragraphes suivants :

以實無有法得阿耨多羅三藐三菩提,是故然燈佛與我受記,作是言:『汝於來世,當得作佛,號釋迦牟尼。[0751a19]

若有法如來得阿耨多羅三藐三菩提者 [0751a19]

我於阿耨多羅三藐三菩提 乃至無有少法可得,是名阿耨多羅三藐三菩提。[0751c21]

若人滿三千大千世界七寶以用布施,是人所得福德,寧為多不?」[0749b18]

D’autre part, l’auteur a estimé que l’ajout par CBETA de la ponctuation était parfois superflue dans les exemples en rouge demeurant  à ce jour :

「無法相亦無非法相。何以故?是諸眾生若心取相,則為著我、人、眾生、壽者。[0749b05]

佛告須菩提:「凡所有相皆是虛妄。若見諸相非相,則見如來。」[0749a23]

La virgule devrait par ailleurs être supprimée entre le sujet  et son prédicat  dans les exemples suivants:

善男子、善女人發阿耨多羅三藐三菩提心[0748c24][0748c29] [0751a08] [0751a10]

善男子、善女人發菩薩心者[0752b23]

若復有人於此經中,乃至受持四句偈等,為他人說,其福甚多。[0750a23]

若復有人於後末世,能受持讀誦此經,[0750c27]

若復有人於此經中受持,[0749b21]

頗有眾生於未來世,[0751c16]

頗有眾生得聞如是言說章句,[0749a26]

Dans la mesure où certaines critiques ont été prises en compte et corrigées par CBETA, on peut se demander si  celles omises l'ont été volontairement.

Après un rapide examen du commentaire de Huineng sur le Vajracchedikā Prajñāpāramitā Sūtra, il est regrettable qu’ il n'incorpore pas les corrections apportées à la traduction de Kumarajiva. Il convient de vérifier s’il en est de même pour les nombreux autres commentaires publiés par CBETA.

C’est pour moi l’occasion de revenir au commentaire attribué à Huineng afin de modifier la ponctuation du texte de Kumarajiva intégré dans le commentaire et revoir, à la lumière des corrections apportées,  l’interprétation du texte.

Publié dans Bouddhisme Zen

Partager cet article
Repost0

Un peuple, deux nations

Publié le par Ysia

Publié dans Cheminement

Partager cet article
Repost0

Baudelaire

Publié le par Ysia

Baudelaire

Guidée par le désir de partager avec mon entourage ce qu’il y a de plus beau à mon avis dans la poésie  française, je me suis prise récemment à comparer les traductions en anglais du Spleen de Baudelaire restant quelque peu sur ma faim. Surprise de n’avoir jamais, semble-t-il, publié au cours des sept dernières années ce poème sur mon site. N’y a-t-il pas de plus belle RÉSONANCE que la poésie des mots de Baudelaire sans juger du caractère sombre de ses propos ?

Spleen

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

— Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Charles Baudelaire

Partager cet article
Repost0

La quiétude de Vermeer

Publié le par Ysia

Johannes Vermeer - Woman Holding a Balance - Google Art Project

Publié dans Cheminement

Partager cet article
Repost0

La tentation métaphysique

Publié le par Ysia

THE TEMPTATION OF THE VICTOR, 1949

THE TEMPTATION OF THE VICTOR, 1949

Une bataille fait rage entre la conscience et l’inconscient. Le rêve est le flot déferlant de notre imagination involontaire, le débordement de notre imaginaire. L’imagination, trait héréditaire depuis le pléistocène précoce et nos ancêtres Homo erectus, assiste l’acte de réflexion. Si les chercheurs désassemblent les pièces du cerveau pour mieux comprendre son fonctionnement, c’est le rôle du philosophe et la prédilection du poète de s’interroger sur l’inconscient. L’inconscient est l’inspiration de l’artiste. L’imagination marque l’imbrication des informations qui nourrissent le processus cognitif.

Comment nos ancêtres se parlaient-ils à eux-mêmes? Ni les rêves ni l’imagination que sont les moyens d'expression de l’inconscient n’ont attendu le langage pour se manifester. La théorie controversée de Julian Jaynes tirée du livre The Origins of Consciousness in Breakdown of the Bicameral Mind, 1976, invite cependant à un questionnement sur le devenir de la conscience. Imaginons une période avant la conscience, en tant que langage intérieur, lorsqu’une conscience sourde, imagée, animait l’esprit prélinguistique, et imaginons encore l’aube d’une période future dans laquelle la conscience de l’esprit linguistique laisserait la place à une forme nouvelle... un retour en force de l'inconscient?

La conscience, nichée dans l’esprit, est-elle un legs de sagesse ou un legs trompeur de l’évolution des espèces ?

Comment procède-t-elle? A-t-elle besoin de repos pour mieux prendre la mesure des choses? A-t-elle besoin de se replier sur elle-même pour mieux se manifester dans les gestes et les mots, les actes et les intentions ? L'être est affecté d'une propension à la gestation, une disposition naturelle que Darwin aussi portait en lui.

It takes a lot of time to be a genius, you have to sit around so much doing nothing, really doing nothing

Gertrude Stein, Everybody's Autobiography

Partager cet article
Repost0

Legs de sagesse

Publié le par Ysia

Chaque jour offre son lot de découvertes ou l’affirmation d’observations faites au hasard d’un instant.  Dans le froid du matin hivernal, il ne reste plus que la nuée de merles d’Amérique sur les branches du chêne mort pour offrir un doux réconfort. Leur sifflement, comme un murmure de l’âme à l’esprit, est l’énergie de la guérison et me glisse à l’oreille :  « Ne porte plus en toi de blessure intérieure dans ce passage vers la nouvelle année »

We won’t have a theory of everything without a theory of consciousness.

David Chalmers

 

 

Parmi les théories développées par les neuroscientifiques  est la théorie de l’information intégrée de Giulio Tononi de l’Université de Wisconsin-Madison qui affirme qu’un système n’est conscient que dans la mesure où les différentes parties qui le composent tendent à agir d’une façon apparemment indivisible et unifiée. J’admets que la théorie n’autorise pas l’octroi d’un niveau de conscience à un groupe d’individus et, a  fortiori, à un amoncellement de grains de sable, mais mon esprit se laisser à imaginer l’effet papillon transposé dans un même corps dans lequel les interactions quantiques entraînent des réactions moléculaires qui, à leur tour, provoquent un mouvement physique. Imaginons la terre comme un corps physique unique dans lequel un battement d’ailes soulève l’ouragan. Et imaginons encore l’univers en tant que corps physique unique dont chaque galaxie suscite des réactions en chaîne...

Mais de quelles parties parle-t-on ? Si le cerveau contient des neurones et les neurones des atomes, ainsi de suite, faut-il parler de conscience à chaque strate du système ? Où réside notre conscience individuelle ? Du microsystème au macrosystème enchevêtrés les uns dans les autres pour ne faire plus qu’Un. C’est l’attention consciente qui détermine lesquels de ces composants du cerveau se mobilisent dans l’exercice de leurs fonctions selon la situation.

Each state is a message that causal structure is sending into the future

Erik Hoel

Si la conscience d’un système, selon la théorie de l’information intégrée, est tributaire de l’amas d’information collective qui y circule, faut-il en déduire que la toile mondiale, le World Wide Web, est un système conscient ? Peut-on parler de conscience planétaire, de cerveau global de la Terre, de sa noosphère ?

The world may be built of separate but interacting parts because our minds, according to Integrated Information Theory, are made in the same way.

http://nautil.us/issue/47/consciousness/a-theory-of-consciousness-can-help-build-a-theory-of-everything

FROM ATOM TO STRATUM: Much of physics is a navigation among the layers of the world, from the base level (perhaps vibrating strings) to particles, atoms, and molecules, up to the whole universe and beyond. Each level is built on the one below, yet autonomous of it. The higher-level dynamics bring out structure that is obscured in the fundamental description.

http://nautil.us/issue/47/consciousness/a-theory-of-consciousness-can-help-build-a-theory-of-everything

Cette description du monde physique en tant qu’accumulation de strates rappelle la cosmologie bouddhique.

L’espace-temps coupé en tranches, chaque tranche représentant un univers,  chaque parcelle de l’univers contenant le cosmos dans son ensemble, les molécules formant notre corps, les atomes structurant ces molécules provenant du même creuset qui est le noyau de l’univers.

Bonne Année!

Partager cet article
Repost0

La boîte de Pandore

Publié le par Ysia

Bibliothèque du Congrès

Bibliothèque du Congrès

Si le principe anthropique retourne l’affirmation «  je pense donc l’univers existe » dans le sens inverse - c’est-à-dire que l’univers ne peut exister qu’avec l’être humain pour dessein et que des conditions préalables existent dans l’univers qui ont conduit à sa création - alors faut-il en conclure de même pour les abeilles dont l’évolution a dévié de la nôtre il y a 250 millions d’années ? Les abeilles sont-elles une condition préalable de notre existence ou une autre manifestation dans le temps du processus universel ? Le cerveau de l’abeille est doté de tous les éléments constitutifs essentiels dont dispose celui de l’être humain  et si elle reconnaît l’apiculteur, n’est-ce pas le signe du niveau de conscience qui est le sien ? Et d’en conclure que sa vie est tout aussi sacrée que la mienne.

So yes, I do believe it feels like something to be a honey bee,

Christof Koch

Kensington Pandora

Une autre question se pose: Pourquoi ce corps que j’habite, ce processus physique que je vis, a-t-il besoin d’une conscience? Pourquoi ne peut-il marcher, manger, dormir sans transmettre aucun message intérieur ni ruminer aucune information ?

Et si la matière peut être décrite en termes mathématiques comme une particule et une onde tout à la fois,  ne saurait-on parler d’une onde de conscience qui traverse tous les êtres ?

It may be possible that human-built artifacts would feel like something and would also experience the world.

Christof Koch

Avant la conscience, il y avait l’inconscient. Lorsque je rêve, pourquoi les rares mots articulés sont le plus souvent dénués de sens réel ? D’où vient la connaissance de l’inconscient, l’inspiration des rêves ? Ce sont rarement des instructions verbales qu’il y a dans les rêves, plutôt des situations qui laissent une empreinte sur le rêveur. La rareté des mots dans cet état inconscient qu’est le sommeil est l’héritage de nos ancêtres avant le langage. L’être rêvait avant de pouvoir s’exprimer.

...‘thinking with imagery’ and even ‘thinking with the body’ must have preceded language by hundreds of thousands of years.

https://aeon.co/essays/imagination-is-such-an-ancient-ability-it-might-precede-language

Et la mémoire qui enregistre moins des mots parlés ou lus que le contexte d'une situation ou des représentations visuelles, elle aussi a précédé le langage.

John William Waterhouse - Pandora, 1896

Pourtant sans langage, il n’y a pas de dialogue intérieur. Faut-il en conclure que notre voix intérieure est née du langage ? Il reste à différencier le monologue intérieur et les jets d’information qui alimentent le fonctionnement de la conscience.

... two sides of consciousness: on the first side a constitutive consciousness that is the state of being conscious of the phenomenon, and on the second side the being or existence of this very consciousness itself.

http://hakomiinstitute.com/wp-content/uploads/2017/03/2014_Hakomi_Forum_E.pdf

Au temps du langage gestuel et de la communication par signes, comment nos ancêtres se parlaient-ils à eux-mêmes? Avec la perte du groin animal qui a permis l’adaptation au langage chez l’Homo, a-t-on assisté aux balbutiements de la conscience individuelle?

Mais si l’art a commencé il y a plus de deux millions d'années et si nos ancêtres Homo erectus, habilis, ergaster ... avaient sans doute des pulsions artistiques, alors je ne peux concevoir qu’ils n'aient été animés d’une conscience muette originelle.

As Eric Kandel puts it in The Age of Insight (2012):

Perhaps in human evolution the ability to express ourselves in art – in pictorial language – preceded the ability to express ourselves in spoken language. As a corollary, perhaps the processes in the brain that are important for art were once universal but were replaced as the universal capability for language evolved.

https://aeon.co/essays/imagination-is-such-an-ancient-ability-it-might-precede-language

Partager cet article
Repost0

L'évolution spirituelle

Publié le par Ysia

Une évolution spirituelle, une évolution de la conscience dans la matière, assumant des formes en constant développement, jusqu’à ce que la forme puisse révéler l’Esprit qui l’habite, telle est la note dominante, le mobile central significatif de l’existence terrestre. Cette signification est cachée… dans une lourde inconscience matérielle.

L'évolution spirituelle

Le Prince Damrong Rajanubhab avait coutume de dire que cette tête de Bouddha en stuc était l’objet le plus beau de tout le musée de Bangkok

Le Prince Damrong Rajanubhab avait coutume de dire que cette tête de Bouddha en stuc était l’objet le plus beau de tout le musée de Bangkok

Au-dessous du ciel, il y a vingt choses difficiles :

  1. Étant pauvre et dans l'indigence, accorder des bienfaits, c'est difficile;
  2. Étant riche et élevé en dignité, étudier la doctrine, c'est difficile;  
  3. Ayant fait le sacrifice de sa vie, mourir véritablement,  c'est difficile;
  4. Obtenir de voir les prières de Bouddha, c'est difficile;
  5. Avoir le bonheur de naître dans le monde de Bouddha, c'est difficile;
  6. Transiger avec la volupté,  et vouloir être délivré de ses passions, c'est difficile;  
  7. Voir quelque chose d'aimable, et ne pas le désirer,  c'est difficile;
  8. Ne pas être porté vers ce qui est lucratif et honorable, c'est difficile;
  9. Être injurié, et ne pas s'irriter, c'est difficile;
  10. Dans le tourbillon des affaires, se conduire avec calme, c'est difficile;
  11. Étudier beaucoup et approfondir, c'est difficile;
  12. Ne pas mépriser un homme qui n'a pas étudié, c'est difficile;
  13. Extirper l'orgueil de son cœur, c'est difficile;
  14. Rencontrer un  vertueux et habile maître, c'est difficile,
  15. Pénétrer les secrets de la nature, et approfondir la science, c'est difficile;
  16. Ne pas être ému par un état de prospérité, c'est difficile;
  17. S'éloigner du bien, et vouloir marcher dans la sagesse, c'est difficile;
  18. Décider les hommes à suivre leur conscience, c'est difficile;
  19. Tenir toujours son cœur dans un mouvement égal, c'est difficile;
  20. Ne pas médire, c'est difficile.

 

Aujourd’hui, j’ai été injuriée et je n’ai pu m’empêcher de ne pas m’irriter. Je n’ai pas su non plus tenir mon cœur dans un mouvement égal. Je ne sais toujours pas extirper l’orgueil de mon cœur. Et je n’ai pas su décider autrui à suivre sa conscience.

 

Les quarante-deux points d'enseignement

Publié dans Bouddhisme Zen

Partager cet article
Repost0

L'esprit quantique

Publié le par Ysia

it’s not clear that we’d be any closer to explaining how this 3-pound mass of wet tissue generates the immaterial world of our thoughts and feelings.

http://nautil.us/issue/47/consciousness/roger-penrose-on-why-consciousness-does-not-compute

Si la physique quantique montre comment une particule est  jusqu'à un moment précis une probabilité attendant de se matérialiser, nos pensées, indices de notre conscience, surgissent dans l’esprit suivant un modèle étrangement similaire. La conscience et la physique quantique se reflètent l’une dans l’autre comme dans un miroir.

Say it’s a speck of dust that you put into two locations at once. Now, in a small fraction of a second, it will become one or the other. Which does it become? Well, that’s a choice. Is it a choice made by the universe? Does the speck of dust make this choice? Maybe it’s a free choice. I have no idea.

http://nautil.us/issue/47/consciousness/roger-penrose-on-why-consciousness-does-not-compute

L'introspection  pareille à une conscience réfléchie mène au sortir de l’ignorance, ce lourd sommeil qui engourdit le bouddha ontologique intérieur.  C'est un effort soutenu pour discipliner l’esprit désorienté dont il s'agit.

The quest for buddhahood is a journey within one’s psycho-physiological complex, one’s own mind for it is there and there alone that a Buddha can either be generated or exposed

https://www.academia.edu/471592/Wangchuk_2007_The_Resolve_to_Become_a_Buddha_A_Study_of_the_Bodhicitta_Concept_in_Indo-Tibetan_Buddhism._Studia_Philologica_Buddhica_Monograph_Series_23._Tokyo_The_International_Institute_for_Buddhist_Studies_2007

Pourra-t-on combler le fossé entre le monde physique et le monde immatériel ? L'univers se décrit en termes fractals, de la structure spirale des galaxies au battement du cœur humain. Le concept désigne un processus décrivant un schéma dans un autre de l’infiniment grand à l’infiniment petit dans une compréhension multidimensionnelle des choses. 

Les nuages ne sont pas des sphères, les montagnes ne sont pas des cônes, les rivages ne sont pas des arcs de cercle, l'écorce d'un arbre n'est pas lisse et l'éclair ne trace pas de ligne droite.

Mandelbrot

Si nombre de nos actes d’expression les plus intimes ont une nature fractale, se peut-il que notre conscience possède elle aussi un caractère fractal ? L’éveil de la conscience est orchestré par les microtubules dans le cerveau qui ont la capacité d’emmagasiner et de traiter les informations et la mémoire.

Entre le cœur et le cerveau s'est établi un dialogue. Le cœur est le dépositaire de l'âme, le cerveau celui de l'esprit. Alors si le cœur est fractal, la conscience sûrement l’est aussi.

« Et le temps composé de segments fractionnés et qui se poursuit à l’infini est-il fractal lui aussi ? » demande le poète qui visualise les concepts comme d’autres voient défiler les mots devant les yeux.  Dans tout phénomène il y a une part de manifeste et une part de caché.

... the fractal hierarchy of the brain also exists in the vibrations that resonate across the scales of the spatial domain, from the dynamics of networks of neurons, to the neurons themselves, to the dynamics of their microtubules. “Consciousness can move up and down the fractal hierarchy,” writes Hameroff, “like music changing octaves,” resonating across levels.

http://nautil.us/issue/47/consciousness/is-consciousness-fractal

L'esprit quantique

Et le champ géomagnétique a-t-il une influence sur le siège de l’âme ?  Quel est ce signal vibratoire de basse fréquence  qu’émet la Terre ? Murmure inaudible par l’être humain comme si elle tremblait et dansait sous les faisceaux du Soleil.  Une nouvelle étude a déterminé les fréquences sur lesquelles vibre la Terre, les mêmes qui se cachent sous le fracas des vagues, les sons sourds des fonds de mers.

Les tranches de l’espace-temps sont pareilles aux strates de la Terre. La glace et le bois sont les témoins du temps. Au gré des mouvements tectoniques gronde le magma souterrain qui embrase la croûte terrestre. La conscience transcende toutes les formes de vie.

Philosopher Kerri Welch looks at consciousness in a more holistic way, through the lens of time and memory. “I think consciousness is a temporal fractal,” she says. “We’re taking in an infinite amount of data every moment. It’s a jump in scale every time we compress that data.” According to Welch, perceived time is not a linear progression but a “layering.” A fractal. This “fractal-ness” changes as we do

http://nautil.us/issue/47/consciousness/is-consciousness-fractal

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>