Qu'est-ce que la conscience ?

Publié le par Ysia

Je vais d’abord vous répondre comme Saint Augustin répondait à propos du temps : « Si personne ne me le demande, je le sais ; si je cherche à l'expliquer je ne le sais plus ». La conscience, comme le temps, n’est pas un objet que l’on puisse montrer ni même caractériser. Elle constitue, avec le temps, le tissu même de nos vies, la plus silencieuse de nos évidences. Car elle n’est pas quelque chose qui apparaît, mais ce par quoi toutes les choses nous apparaissent.

https://www.academia.edu/16769815/QUEST-CE_QUE_LA_CONSCIENCE_Entretien_

Mon corps fonctionne mécaniquement selon les lois de la nature. Je suis directement responsable des mouvements et actes de mon corps. Par conséquent, je contrôle les mouvements des atomes qui m'habitent. Où s'arrête la mécanique de nos gestes et actions, miroir des rouages de notre cerveau, et où commence la conscience?

Sommes-nous de simples automates reproduisant les mêmes comportements et pensées face aux situations présentant de vagues similitudes avec le passé par le fait de réactions gravées dans notre ADN ou dans les premières années de notre enfance?

La conscience n'est plus alors qu'un simple tuteur supervisant l'éducation de la substance vivante que nous sommes (Erwin Schrödinger, What is Life?, Mind and Matter, p.97). Entre Ontogénèse et phylogénèse, la conscience serait essentiellement "présente" lors de situations nouvelles ou de prises de conscience nouvelles et elle serait absente quand des niveaux de maîtrise ou de maturité sont atteints.

Chaque jour dans la vie d'un homme marque un pas dans l'évolution de notre espèce...Chaque trait héréditaire devient la possession inconsciente de notre espèce.

Erwin Schrödinger, What is Life?, Mind and Matter, p.100

La conscience n'est-elle qu'un dialogue à deux voix voire à voix multiples ? Y-a-t-il unité de la conscience à savoir du phénomène sensoriel et et non sensoriel à l'intérieur de l'être? S'il s'agit d'un dialogue ou d'une discussion interne, il est à douter qu'une seule voix existe parce que temporelle et limitée aux circonstances physiques ou environnementales. Le dépositaire de la conscience est matériel et trouve sa source dans la biologie quantique.

Assigner une double nature, ondulatoire et corpusculaire, à des objets appelés « quantons » est une manière biaisée, surdéterminée, et préconceptualisée d’exprimer un phénomène qui n’impose a priori ni une ontologie d’ondes ni une ontologie de corpuscules.

https://www.academia.edu/30942022/LA_TH%C3%89ORIE_QUANTIQUE_ET_LA_SURFACE_DES_CHOSES_Zen_et_physique_contemporaine

Commenter cet article