recherche en art

L'art du trait

Publié le par Ysia

Le souffle du pinceau que le rythme de la main transmet...

Pour moi, le trait commence par une résonance qui se poursuit dans un élan.

Et les mosaiques d'Ostie de rappeler les estampages des stèles funéraires chinoises.

Les silhouettes dans la perspective du mouvement et de l'espace

Du trait à l'empreinte noire sur blanc...

L'Unique Trait de Pinceau est l'origine de toutes choses, la racine de tous les phénomènes ; sa fonction est manifeste pour l'esprit et cachée en l'homme, mais le vulgaire l'ignore... La peinture émane de l'intellect : qu'il s'agisse de la beauté des monts, fleuves, personnages et choses, ou qu'il s'agisse de l'essence et du caractère des oiseaux, des bêtes, des herbes et des arbres, ou qu'il s'agisse des mesures et proportions des viviers, des pavillons, des édifices et des esplanades, on n'en pourra pénétrer les raisons ni épuiser les aspects variés, si en dernier lieu on ne possède cette mesure immense de l'Unique Trait de Pinceau. Si loin que vous alliez, si haut que vous montiez, il vous faut commencer par un simple pas. Ainsi, l'Unique Trait de Pinceau embrasse-t-il tout, jusqu'au lointain le plus inaccessible, et sur dix mille millions de coups de pinceau, il n'en est pas un dont le commencement et l'achèvement ne résident dans cet Unique Trait de Pinceau dont le contrôle n'appartient qu'à l'homme. Par le moyen de l'Unique Trait de Pinceau, l'homme peut restituer en miniature une entité plus grande sans rien en perdre ; du moment que l'esprit s'en forme d'abord une vision claire, le Pinceau ira jusqu'à la racine des choses...

(Propos sur la peinture du moine Citrouille Amère, cité par François Cheng dans Vide et plein, Éditions du Seuil, mai 1991)

L'art du trait

Les traits sont toujours disponibles pour un usage qui appartiendra à l'Imaginaire et à sa représentation ou au Symbolique et à sa méditation.
L'aboutissement éventuel est la représentation d'un objet réel. Cette représentation n'est pas indispensable. Souvent, elle s'arrête avant l'achèvement d'un objet discernable ou peut tourner court, renonçant à être soit œuvre soit objet qui marque dans l'histoire du sujet.
Le trait se suffit à lui-même. Chaque trait est à proprement parler inimitable, c'est-à-dire que toute imitation visant à le reproduire à l'identique n'est qu'une copie plus ou moins grossière, et cela jusqu'à l'échelle moléculaire.
Autrement dit, en lui-même, il contient le Détail qui le fait être.
C'est pour cela qu'on a pu l'appeler « le trait unaire ».
Dans ce sens que chaque objet de désir se singularise par ce trait unaire.
Au départ, il y a ce trait radical, qui s'assemble en figures géométriques et dont on s'étonne que, dans l'art pariétal, il figure si fréquemment.

Extrait de La troisième dimension dans la construction du psychisme de Claude Jeangirard & Will de Graaff, Éditions Érès, 1998, page 35 : Le détail

Partager cet article
Repost0

Méditation

Publié le par Ysia

Exposition de Méditation jusqu’au 7 septembre à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

Exposition de Méditation jusqu’au 7 septembre à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

La tradition veut que Bodhidharma accosta en 527 sur la rivière de perles dans la ville de Guangzhou. Il fut invité par l'Empereur Wu de la dynastie Liang à se rendre à la capitale Nanjing.

« Il a été rapporté à votre disciple que, lorsque le grand maître Bodhidharma convertit l’empereur Wu, ce dernier lui demanda : « Y a-t-il des vertus méritoires pour avoir, toute notre vie, érigé des temples et accordé des dons et des offrandes ? » « Aucunement. » lui affirma Bodhidharma. Désappointé, l’empereur Wu le chassa hors de son territoire. Je ne saisis pas ces paroles et vous prie, maître, de les expliquer. »
Le sixième patriarche déclara :
« Il n’y a réellement aucune vertu méritoire. Préfet, ne doutez pas des paroles du grand maître Bodhidharma ! Attaché à la voie hérétique, l’empereur Wu n’avait pas conscience de la loi orthodoxe. »
« Pourquoi n’y a-t-il aucune vertu méritoire ? » s’enquit le préfet.
Le maître répondit :
« Bâtir des temples, répandre des dons et offrandes, ce n’est que cultiver des bénédictions qui ne peuvent être considérées comme des vertus méritoires. Les vertus méritoires sont immanentes au corps de loi et ne se cultivent pas dans le champ de bénédictions. La nature propre de loi embrasse les vertus méritoires. Voir sa nature constitue le mérite ; la droiture forme la vertu. Au-dedans, voyez la nature de Bouddha ; au-dehors, témoignez votre vénération. Si, méprisant tous les hommes, vous ne tranchez pas votre ego, vous serez naturellement privés de vertus méritoires. Et si notre nature propre est vaine et fausse, votre corps de loi en sera dépourvu. A chaque pensée, que votre vertu s’exerce, l’esprit indifférent et droit, ainsi elle ne sera pas médiocre. Témoignez constamment votre vénération ! Le mérite, c’est cultiver son corps ; la vertu, c’est cultiver son esprit. Les vertus méritoires sont créées par l’esprit. Elles sont différentes des bénédictions. L’empereur Wu n’avait pas conscience de ce principe authentique. Ce n’est pas notre patriarche, le grand maître, qui se trompait. »

Sûtra de la plate-forme, section 34, p.62, You-Feng, 1992

Puis il traversa le Yangzi Jiang pour se rendre au temple Shaolin. C'est là dans une caverne derrière le temple qu'il demeura neuf ans avant de mourir en 536. Le Supplément aux biographies des moines éminents de Daoxuan offre toutefois des détails plus crédibles sans mentionner l'hypothétique rencontre avec l'empereur. D'après cette source, Bodhidharma serait arrivé vers 479 et donc cinquante ans plus tôt. L'image de Bodhidharma traversant les eaux est symbole de rejet du mondain et de défiance.

Selon Tracing Bodhidharma par Andy Ferguson, l'aspect fantaisiste de l'histoire entourant Bodhidharma a amené certains experts du bouddhisme comme Bernard Faure à rejeter entièrement le personnage de Bodhidharma. Bodhidharma ne mériterait pas d'être considéré comme un personnage historique. Andy Ferguson s'y oppose complètement.

Scholars tell us, for instance, that Bodhidharma was an actual person, but that he had no direct connection to the Chan tradition as we now know it; that the Confucian and Hasidic traditions had already come into existence before Confucius and the Baal Shem Tovś and that figures such as Abraham, Moses, and Laozi (Lao-tzu) simply never lived. Much as Wilson suggested was the case for Buddhism, the traditions associated with each of these figures were founded by multiple people whose roles were later either obscured or effaced. Most religious traditions with premodern origins do not preserve an actual memory of their initial formation.

https://www.academia.edu/24039898/The_Idea_of_the_Historical_Buddha_Updated_2017_

Comment la sinisation du bouddhisme indien s'est-elle déroulée ? C'est la terminologie chinoise qui a servi à l'expliquer, Les termes employés étaient déjà empreints d'une signification prédéterminée venant notamment de la philosophie taoïste, respectueuse de la nature et imprégnée de magie. Le bouddhisme parvint en Chine 500 ans avant l'arrivée de Bodhidharma. Il faut rappeler que des moines zen l'ont précédé, alors pourquoi est-il considéré comme le précurseur du bouddhisme Zen? Probablement du fait de ses descendants directs qui ont contribué à sa légende.

Exposition de Méditation jusqu’au 7 septembre à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

Exposition de Méditation jusqu’au 7 septembre à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

Partager cet article
Repost0

Paul Bartlett Papers

Publié le par Ysia

 La sculpture n’est-elle que l’expression matérielle de formes matérielles ou a-t-elle une âme en soi ?

Henry Kirke Brown, Quincy Adams Ward et Augustus Saint-Gaudens sont les pères de la sculpture américaine et Jean-Antoine Houdon est son ancêtre. Trois grandes influences s’exercent sur la sculpture : l’école française, l’école allemande et l’art commercial... Cet art commercial qui fait que l’artiste véritable voit ses chances de travailler réduites au minimum et que certains des meilleurs artistes se voient obligés d’enseigner pour assurer leur survie …Comment faire comprendre que dans chaque belle œuvre gît l’inspiration, que cette inspiration est fugitive et capricieuse et que pour la saisir et la retenir captive, il faut l’aide du temps...

Paul Bartlett Papers, Manuscript Division, Library of Congress

Publié dans Recherche en Art

Partager cet article
Repost0

La grotte de Chauvet

Publié le par Ysia

Faut-il limiter l’art pariétal à la période entre les premières heures de l’âge de bronze jusqu' à 4 000 ans avant notre ère ?  L’art pariétal est-il insaisissable comme s’il cherchait à éluder notre questionnement ? Et qu'en est-il de l'art rupestre des aborigènes qui perdure sur les roches au cours des siècles en Australie ou ailleurs?

Le temps est son créateur.

Partager cet article
Repost0

Autres Taotie 饕餮

Publié le par Ysia

Autres Taotie 饕餮
Autres Taotie 饕餮

Est-ce un homme crocodile ou un homme singe ? Un mille-pattes ?

De la Chine à Bornéo, du Panama au mythe de la création du peuple Maidu, la même image revient dans mon esprit.

Autres Taotie 饕餮

Mille-pattes? Ombres chinoises...

Autres Taotie 饕餮
Autres Taotie 饕餮
Partager cet article
Repost0

Étude des yeux

Publié le par Ysia

Les yeux absents ou clos des statues de la Grèce primitive

Étude des yeuxÉtude des yeux
Étude des yeuxÉtude des yeuxÉtude des yeux

Publié dans Recherche en Art

Partager cet article
Repost0

L'évolution d'une statue

Publié le par Ysia

L'évolution d'une statue
L'évolution d'une statue
Partager cet article
Repost0

La frileuse

Publié le par Ysia

Lettre de Rodin à Truman Bartlett, Paul Bartlett Papers, Library of Congress

Lettre de Rodin à Truman Bartlett, Paul Bartlett Papers, Library of Congress

L'art est une forme de vérité. La réalité est ce qui se voit. La vérité est ce qui est.

Truman Howe Bartlett, Paul Bartlett Papers, Library of Congress

Publié dans Recherche en Art

Partager cet article
Repost0

Temps linéaire

Publié le par Ysia

Temps linéaire

Des silhouettes mésolithiques espagnoles d'inspiration africaine aux figurines chinoises

Temps linéaire

Le temps, en soi, est invisible. Qu’il se manifeste sous les espèces du mouvement (déployé dans l’espace) ou de la métamorphose (sans déplacement), sa figuration littérale implique la durée, dimension dont la peinture est précisément privée. Peindre le temps apparaît donc comme une gageure, un paradoxe.
Mais c’est un paradoxe fécond. Car des cavernes jusqu’à nos jours, les démentis sont si nombreux qu’on pourrait écrire une histoire du temps en faisant celle de la peinture.

Des hommes de science aux prises avec le temps,PPUR presses polytechniques, 1992, p.75

Partager cet article
Repost0

Retour aux sources

Publié le par Ysia

Retour aux sourcesRetour aux sourcesRetour aux sources
Retour aux sources

Et que l’on reparle des formes géométriques

sur les coquillages à Trinil sur l’île de Java

Laissés par leurs auteurs anonymes il y a un demi-million d'années.

Île d’Islande,

Île de Nouvelle-Zélande

Terre de glace,

Pays du long nuage blanc

C’est à une île que mon âme aspire pour toucher le ciel de mon pinceau....

Retour aux sourcesRetour aux sources
Retour aux sourcesRetour aux sources

A l'orée de la grotte humaine...

Retour aux sources
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>