les deux infinis

Faut-il que l'univers recèle le mystère ?

Publié le par Ysia

Mystère de la vie: pourquoi la vie a évolué de la façon que nous connaissons et pourquoi les cellules sont alimentées par une force proton-motrice? La vie complexe est née à partir d'une endosymbiose unique entre des cellules hôtes de type archéen et des bactéries devenues mitochondries. L'origine de la vie est-elle accidentelle? Sommes-nous seuls dans l'espace vide universel?

Faut-il que l'univers recèle le mystère ?

I think we can reasonably conclude that complex life will be rare in the universe - there is no innate tendency in natural selection to give rise to humans or any other form of complex life. It is far more likely to get stuck at the bacterial level of complexity.

Nick Lane, The vital Question, p.289

Non. La vie est le fruit inéluctable de la chimie cosmique omniprésente et parfois même invisible dans l'espace, dans l'air, sous nos pieds, à des millions d'années lumière, dans des univers parallèles. La vie s'exprime dans une variété infinie d'organismes évoluant à l'infini sans que cela n'exclue une discontinuité profonde, intrinsèque et tragique au cœur même de la biologie organique. C'est une terre animée qui a donné naissance à la vie. Les eucaryotes monophylétiques ont constitué un foisonnement riche et varié d'endosymbioses. Une population de cellules eucaryotiques, morphologiquement complexes, est apparue à un moment donné et tous les animaux, plantes, algues et mycètes ont évolué à partir de cette population fondatrice.

Mais ce trou noir au cœur de la biologie, ce vide phylogénétique, peut-il être expliqué grâce à l’exploration de l’espace ? Planètes et étoiles sont nées à partir de nébuleuses. La mission spatiale Dawn actuellement en orbite autour de la planète naine Cérès a déjà révélé d’intéressantes données sur Vesta.

La prochaine mission Osirix-Rex dont le lancement est prévu pour septembre prochain sera la première sonde spatiale américaine à rapporter des échantillons inestimables s’ils nous parviennent sans contamination. Alors ces témoins de la formation du système solaire nous divulgueront leurs secrets.

Mais c’est au fond des mers que se trouve la clef du mystère, ce chaînon manquant, sous la forme du parakaryon myojinensis, le paracaryote à la morphologie intermédiaire.

A la rencontre de Luca...

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Juno

Publié le par Ysia

Juno entrera en orbite le 4 juillet. Pour la première fois, la trajectoire d'une mission spatiale se fera d'un pôle à l'autre et non pas à l'équateur, lui donnant ainsi l'occasion d'étudier les aurores boréales de Jupiter. Sa mission durera un an et demi après avoir effectué 37 survols d'abord plus lointains puis plus proches. Étant donné l'incroyable champ magnétique de Jupiter, il a fallu imaginer une trajectoire d'ellipse en ellipse pour parvenir en orbite.

La mission fut conçue pour répondre aux questions relatives à la genèse de l'univers il y a cinq milliards d'années. Après la formation du soleil, Jupiter devint la première planète du système solaire à se former. On pense qu'elle se compose d'éléments premiers ailleurs indétectables qui permettront de mieux comprendre les premiers instants de l'univers. On se rappelle que, lorsque la sonde spatiale Galileo fut lancée, la détection de traces d'oxygène fut malheureusement peu concluante. Juno a donc pour objectif de mieux identifier la présence d'oxygène dans l'atmosphère jovienne.

La sonde devrait finalement sortir de l'orbite à moins que NASA ne soit en mesure sur les plans financier et technique de continuer son orbite, la mission Juno n’étant qu’un des multiples projets rivaux de la NASA. Étant donné l'incroyable radioactivité de l'environnement jovien, une mission doit considérer en premier sa faisabilité dans le temps et obéir aux lois régissant la protection de l’espace habitable, c'est-à-dire le principe de non-contamination, notamment pour la lune Europa faite de glace et donc potentiellement habitable.

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Trou noir

Publié le par Ysia

Il y a quelque 1,3 milliards d'années, deux trous noirs entraient en collision provoquant des ondes gravitationnelles qui nous parviennent encore aujourd'hui et détectées par l'observatoire américain LIGO dont Kip Thorne est le fondateur et ses deux gigantesques interféromètres situés à 3000 kilomètres l'un de l'autre. Le verrouillage gravitationnel qu'imposent les trous noirs aux planètes potentielles…

De l'Espace-temps quadridimensionnel de la relativité générale à un Univers pentadimensionnel: une dimension temporelle et quatre dimensions spatiales.

.

L'unification de la relativité générale et de la mécanique quantique n'est toujours pas résolue : la théorie des cordes ainsi définie.

Des trous noirs physiques aux trous noirs métaphoriques …

 

Il y a un trou noir au cœur de la biologie. Pour dire les choses carrément, nous ne savons pas pourquoi la vie est comme elle est. Toutes les formes complexes de vie sur terre ont un ancêtre commun, une cellule qui a pris naissance à partir de simples progéniteurs bactériens à un moment donné il y a quatre milliards d’années... La vie est apparue un demi milliards d’années après la formation de la planète Terre...

Nick Lane, The vital Question

Était-ce un fait accidentel, le fruit du hasard ou y-a-t-il eu d’autres échecs dans la marche de l’évolution, dans l’évolution de la complexité phénoménale ?  Un trou noir évolutionnaire, chaînon manquant entre la simplicité morphologique de la bactérie originale et la complexité de l’environnement naturel, des écosystèmes et des êtres vivants.

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

L'Univers n'est-il qu'une simulation?

Publié le par Ysia

L'Univers est-il le produit de notre conscience? Ou notre conscience peut-elle être bernée, induite à penser que l'univers est réelle ?

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Qu'est-ce que la vie?

Publié le par Ysia

La plus fondamentale des questions dans le domaine des sciences... est comment ces atomes et molécules inertes que l'on trouve dans les roches se transforment chaque jour en ceux-là même qui courent, sautent, volent, naviguent, nagent, grandissent, aiment, haïssent, languissent, s'effraient, pensent, rient, pleurent et vivent. (trad. par Ysia)

Life on the edge, p.27, JohnJoe Mc Fadden et Jim Al-Khalili

La question peut se poser autrement:

Pourquoi la matière réagit-elle si différemment quand elle constitue une créature vivante par rapport à la manière dont elle réagit quand elle est une roche ?

Life on the edge, p.28, JohnJoe Mc Fadden et Jim Al-Khalili

En fait, quasiment tous les processus non-biologiques initiateurs de changements dans le monde, qu’ils soient physiques ou chimiques, sont gouvernés par des principes thermodynamiques. Les courants marins, les tempêtes violentes, l’érosion des roches, l’incendie des forêts et la corrosion des métaux sont tous sous l’emprise de forces chaotiques inexorables qui fondent la thermodynamique. Chaque processus complexe, bien que nous paraissant structuré et ordonné, est essentiellement gouverné par un mouvement moléculaire aléatoire (p.33). La vie n’est-elle alors qu’une branche de la thermodynamique ?...L’étincelle de vie n’est-elle qu’un mouvement moléculaire aléatoire ? (p.35) Qu’est-ce qui anime la cellule ? (p.36) Comment est-ce possible que toutes ces réactions diverses procèdent simultanément ? Et comment l’activité moléculaire est-elle mise en oeuvre à l’intérieur d’une cellule microscopique ? Ces questions sont au centre de la science nouvelle de la biologie des systèmes. Mais il est juste de dire que les réponses restent encore mystérieuses. (p.40) (Car) qu’est-ce qui est irrévocablement perdu quand une cellule ou une personne meurt ? (p.41) …toute radiation électromagnétique, y compris la lumière, est quantifiée plutôt que continue et se manifeste en groupes de particules séparées que nous appelons les photons (p.43). (Les organicistes) admettent que la vie recèle un mystère mais ils affirment que ce mystère peut être expliqué par des lois de la physique ou de la chimie non encore identifiées (p.50) (trad. par Ysia)

Life on the edge, p.28, JohnJoe Mc Fadden et Jim Al-Khalili

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Bouddha parle de la Terre aux êtres d’une autre planète

Publié le par Ysia

De la ceinture d’astéroïdes à la ceinture de Kuiper...

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Le Boson de Higgs

Publié le par Ysia

Le modèle standard de la physique des particules constitue la meilleure réponse à la question suivante : de quelles sortes de choses la matière est faite si elle est fractionnée dans ses plus petites composantes ? Commençons par une pierre, de l’air, ce livre ou encore votre tête et déchiquetez-en les parties constituantes. Vous découvrirez les éléments des couches successives de micro et nanostructures : fibres, cellules, mitochondries pour enfin arriver aux molécules. En appliquant l’énergie nécessaire, vous pourrez les diviser en atomes qui consistent en des noyaux denses entourés d’électrons. En y mettant un peu plus d’énergie (vous aurez alors besoin d’un grand collisionneur !), vous serez à même de voir les quarks à l’intérieur des protons et des neutrons. Jusqu’à présent, nous ne sommes pas parvenus à voir à l’intérieur d’un quark ou d’en disséquer un. Si, au moment de la division des atomes, nous avions ignoré le noyau et essayé de fractionner l’électron, nous serions arrivés au même stade car nous n’avons jamais réussi à voir quoi que ce soit dans un électron ou d’en décomposer un. C’est, de ce fait, ce qui constitue notre définition d’une particule élémentaire.
Ainsi dans le modèle standard de la physique des particules, électrons et quarks sont ce dont tout est fait et ils ne sont eux-mêmes faits de rien d’autre…Les électrons sont un exemple d’une classe de particules appelées leptons. Il y a aussi les muons et les tauons qui sont comme les électrons seulement plus lourds. Les autres leptons sont les trois sortes de neutrinos. Bien qu’ils soient nombreux, il n’y a pas d’interaction entre les neutrinos et les autres matières. Plus de mille milliards de neutrinos vous traversent par seconde grâce au rayonnement du soleil. L’autre catégorie de particules élémentaires sont les quarks. Il y en a six tout comme il existe six types de leptons. Ils sont identifiés par leur masse : « haut », « bas », « étrange », « charme », « dessous », « dessus ». Les protons et neutrons sont faits de quarks « haut » et « bas ». Les quarks ne sont jamais séparés les uns des autres. Ils sont toujours collés les uns aux autres pour former des particules plus grosses. Ces particules faites de quarks ont pour nom générique « hadrons » (d’où le nom du Grand collisionneur de hadrons qui essentiellement fait entrer en collision des protons et parfois des noyaux atomiques avec des neutrons à l’intérieur). Ces particules de matière ont tous pour partenaires des antiparticules. Elles interagissent toutes entre elles : elles s’attirent, se repoussent, se dispersent au gré des forces générées par une autre sorte de particules : les bosons vecteurs. La force électromagnétique véhiculée par les photons (quanta de lumière) s’exerce sur toutes les particules chargées sauf les neutrinos. La force forte transmise par les gluons ne s’exerce que sur les quarks. La force faible transmise par les bosons W et Z s’exerce sur toutes les particules. Pour que le modèle standard soit opérationnel, et en particulier pour que les particules élémentaires aient une masse, un objet unique et entièrement nouveau est également nécessaire – le boson de Higgs.

Jon Butterworth. traduit par Ysia

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5