les deux infinis

La vie telle qu'elle pourrait être

Publié le par Ysia

Le besoin de déterminer la forme désirable d'un univers qui serait humainement possible de contrôler… n’est ni plus ni moins qu'une forme d’art

John Desmond Bernal (1901-1971)

A mesure que les océans s’alcalinisent, la vie se matérialise sous la forme d’os et de coquillages...

Point de non-retour entre les êtres animés et les êtres inanimés, entre les êtres biologiques et les êtres non-biologiques, entre les êtres sensibles et les êtres insensibles...

Et pourquoi, après tout, est-ce que nous orbitons autour de l’étoile naine jaune que nous appelons le soleil ?

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Le grand final de Cassini

Publié le par Ysia

Le grand final de Cassini

Le 15 septembre marquera la fin de vingt années d’exploration pour la mission spatiale Cassini. L’engin a commencé sa chute ultime à travers les anneaux de glace de Saturne. La mission comprenait à l’origine la sonde Huygens qui a atterri sur Titan, l’une des 62 lunes de Saturne.

Lancée le 15 octobre 1997, la mission spatiale Cassini est parvenue à destination le 1er juillet 2004. Il ne lui reste plus que 3% de carburant, de quoi terminer sa descente sur Saturne qui a commencé en décembre 2016. En 13 ans, Cassini aura pu observer deux saisons sur la planète Saturne puisqu‘une saison équivaut sur la Terre à sept ans et demi. Elle aura changé plusieurs fois d’orbites pour mieux prendre la mesure des anneaux et observer Saturne d’un point à l’autre du globe, Ainsi avons-nous pu voir à son pôle nord le gigantesque hexagone cyclonique.

L'observation des anneaux pourrait confirmer s'ils sont bien le produit de la disparition d’une ou de plusieurs lunes dont les innombrables morceaux orbitent aujourd’hui autour de Saturne. Jupiter et Neptune possèdent aussi des anneaux moins brillants, ce qui indiquerait une désintégration plus ancienne de leurs lunes.

Si Huygens a atterri sur Titan, Cassini nous a fait découvrir d’autres lunes comme Daphnis, Pan et Atlas. Encelade, de 500 kms de diamètre, semble donner la preuve d’une activité souterraine avec ces jets de glace, phénomène que l’on observe dans une moindre mesure sur Titan,  Mimas et Dione. Le flot liquide souterrain pourrait contenir la vie.

Titan est la seule lune à posséder une atmosphère, ce qui la fait paraître plus large qu'elle ne l'est. Des pluies de méthane y ont été détectées. Elle pourrait bien ressembler à ce qu’était la Terre il y a 2 milliards d’années.

Quand on dit que Saturne - tout comme Jupiter - est une planète gazeuse, cela signifie qu’elle n’est qu’atmosphère en quelque sorte. Le plutonium 238 qui aura servi à alimenter le générateur devrait se désintégrer dans l’atmosphère. La NASA a favorisé la chute de Cassini sur Saturne plutôt que de prendre le risque que la sonde s'écrase sur une lune de Saturne comme Titan qui semble présenter des possibilités de vie. Les sondes assignées à d'aussi lointaines missions ne peuvent pas être générées par l’énergie solaire.

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Mon empire de poussière

Publié le par Ysia

“Philosophy is a field that, unfortunately, reminds me of that old Woody Allen joke, “those that can't do, teach, and those that can't teach, teach gym.” And the worst part of philosophy is the philosophy of science; the only people, as far as I can tell, that read work by philosophers of science are other philosophers of science. It has no impact on physics whatsoever, and I doubt that other philosophers read it because it's fairly technical. And so it's really hard to understand what justifies it. And so I'd say that this tension occurs because people in philosophy feel threatened—and they have every right to feel threatened, because science progresses and philosophy doesn't.”

https://www.scientificamerican.com/article/physicists-are-philosophers-too/

Certains chercheurs estiment que les effets quantiques peuvent être observés dans notre environnement quotidien et s'appliquer à l'univers macroscopique. D'une expérience à l'autre, il semble que notre conscience crée l'espace et le temps et non l'inverse. Sans la conscience, l'espace et le temps ne sont rien. Il n'y a pas deux mondes, à savoir le monde extérieur et le monde intérieur, mais un. La conclusion paraît quelque peu déroutante : La réalité des faits dépend de l'observation que nous en faisons dans le présent. Jusqu'à ce qu'ils aient été observés, ils n'ont pas vraiment eu lieu mais attendent d’être effectivement démontrés sur la base d’arguments observationnels. C'est ce que l'on appelle la causalité inversée.

...everything occurs strictly within our heads...Where the visual image is perceived is where it actually is. There is nothing outside of perception. How could there be?

Beyond Biocentrism, p.119-120

Qu'est-ce que l'espace? L'espace n'est pas vide. Il est habité par des ondes électriques et magnétiques qui ont le pouvoir d'influer sur la trajectoire de chaque particule. Un torrent de photons - les particules les plus largement répandues dans l'univers - le traverse. Des neutrinos -les particules les plus courantes après les photons - le sillonnent. Et des ondes de gravité le baignent.

Et puis il y a l'énergie noire… Parce que nous ne percevons qu'une gamme réduite de longueurs d'ondes électromagnétiques, notre égarement nous pousse à penser que l'espace est vide. La logique naturelle de tout organisme animal est responsable de son aveuglement. Notre raison engendre des constructions mentales fallacieuses.

L’égarement extérieur, c’est s’attacher aux attributs; l’égarement intérieur, c’est s’attacher à la vacuité. Lorsque, au sein des attributs, vous en êtes détachés et lorsque, au cœur de la vacuité, vous en êtes libérés, vous n’êtes aveuglés ni au-dehors ni au-dedans.
外迷看(著)相。内迷著空。於相離相。於空離空。既是不空迷 (内外不迷)。

Manuscrit de Dunhuang S.5475

D’une part, on dit que la terre s’est formée il y a 4,65 milliards d'années, c’est-à-dire 9,15 millards d'années après le Big Bang. De l'autre, on dit que ni l'espace ni le temps n'existent fondamentalement  si ce n'est comme outils de perception animale. Peut-on se projeter au-delà de soi et voir la réalité telle quelle?
 

... according to quantum physics, the past, like the future, is indefinite and exists only as a spectrum of possibilities.

Hawking2010p11485Sci_Am.pdf

Nous ne serions que le produit du hasard dans la myriade de possibilités d'univers. Pourtant d’après Beyond Biocentrism, le caractère fortuit de l'existence humaine et de tout autre phénomène est absurde.  L'univers n'a pas pu être laissé au hasard. Comment le fait que nous devions à la lune les marées, la régulation du climat et la stabilité de l'axe de rotation et qu’elle-même soit la conséquence de la collision de la terre avec un astéroïde peut-il être dû au hasard ? Quand bien même il faut croire que chaque circonstance - la taille de l’astre solaire, l'effet régulateur de la lune et la sélection naturelle des espèces animales et humaines jusqu'à l'avènement de l'Homo sapiens - est accidentelle, dans le même temps, vous et moi ne sommes pas la conclusion de ce processus, juste un épisode dans le temps.

Mais cela serait ne pas prendre en compte la théorie du multivers...

Lorsque je dis que rien a de l'importance si ce n'est l'importance qu'on y attache, cela sous-entend justement que les seules choses que nous pouvons percevoir sont nos propres perceptions. Il n'y a pas d'univers sans perception. Ces perceptions insuflent un foisonnement d'informations que le cerveau dissèque, digère et restitue dans un langage individuel.

Toutefois, la réalité incontournable d'une douleur physique ne saurait objectivement minimiser la fatalité inexorable de l'existence humaine.

I hurt myself today
To see if I still feel
I focus…on the pain…
The only thing…that’s real…

Beneath the stains...of time...
The feelings...disappear

Johnny Cash

Cela ne répond pas à la question de savoir s'il y a, au-delà de vous et de moi à travers tout ce qui nous environne, une conscience collective. La conscience et le cosmos sont interdépendants. Ce sont des manifestations corrélatives. Les recherches ont montré que la conscience de niveau supérieur, à savoir la pensée abstraite ou réflexive  - est générée par des ondes gamma. Et le poète de demander : les rayonnements électromagnétiques gamma de source cosmique détectés dans l’univers sont-ils la preuve d'une conscience cosmique ? La matière et l'énergie sont une et même essence.

 

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Le temps, l'espace et la conscience

Publié le par Ysia

Le penseur

Le penseur

On ne peut concevoir comment un peu de carbone, d'eau, des atomes d'hydrogène insensibles se sont assemblés et ont acquis des facultés sensorielles.
 

...the brain is made of atoms, which are made of subatomic particles - all known entities - and it operates by an electrochemical process whose nature is no longer mysterious. If our awareness is merely some sort of subjectively felt spin-off of all this, then it could indeed be incidental and secondary to the modern world's self-operating model of reality...

Beyond Biocentrism, p.34

Si la matière noire compose majoritairement l'univers matériel, l'énergie noire en est la contribution non-matérielle la plus importante. Bien que nous ne sachions rien de l'énergie noire, nous savons qu'il s'agit d'une force antigravitationnelle qui déchire de l’intérieur l’univers. Et le poète de demander : est-ce l'énergie noire qui pousse la lune à se laisser dériver doucement (à raison de deux à trois centimèrtres par an) ?

Le temps n'a pas de réalité indépendante. Il n’est ni un absolu ni une constante universelle. Puisque le temps est relatif, sa raison d'être disparaît. Le temps est non-existant. Une seconde sur terre équivaut quelque part dans l'univers à un million d'années. Le passé intangible est relégué dans les archives de notre mémoire sélective. Nos souvenirs évanouis sont des signaux émis dans l'instant présent par les cellules de notre cerveau.

If the past is an idea that can only occur in the here and now, and the future is also just a concept happening strictly in the present, there seems nothing but now. Always. So is there really a past and a future ? Or just a continuum of present moments?

Beyond Biocentrism, p.22-23

Chaque univers parallèle offre sa version propre de la réalité, comme si l’espace-temps était coupé en tranches et que chaque tranche représentait un univers. 

Si le temps n'existe pas, comment peut-il être coupable de notre trépas ? Notre sénescence, les changements physiques ne sont pas le temps. Alors de quoi faisons-nous l'expérience? Quel est ce processus subi ? L'espace et le temps sont des formes d'instinct primordial. Ce sont des outils de l'esprit.

When we feel poignantly that time has elapsed..., it constitutes the human perceptions of the passage and existence of time.

Beyond Biocentrism, p.45

Il y a plus de cent ans, la théorie quantique a établi un lien entre la conscience et la nature des particules. Les seuls objets réels, selon la théorie quantique, sont les faits observés qui surgissent de l'amas confus de possibilités qui ont toujours existé. Au moment où l'observation est réalisée, chaque particule subatomique cesse d'exister en tant que probabilité pour apparaître en tant que réalité physique.

Virtually anything that could happen exists on some level, ready to materialize

Beyond Biocentrism, p.57

La théorie quantique insiste sur la probabilité des choses de se produire. Et c'est en comprenant ce qui se passe au niveau subatomique que nous pourrons comprendre l'origine physique de la conscience et le mécanisme de l'espace-temps.

Il m'est difficile d'accepter que le simple fait d'observer fait apparaître l'objet en tant qu' entité réelle dans un lieu donné. Cela équivaudrait à dire que cette particule de matière ou de lumière qui n'était jusqu'à un moment précis qu'une probabilité se matérialise littéralement sous nos yeux.

...the mere act of measurement, of learning the path of each photon, destroyed the photon's freedom to remain blurry and undefined... until it reached the final detection screen.
We're left with no choice but to accept that our presence as an observer, and how we make the observation, physically changes what we're looking at.

Beyond Biocentrism, p.52-53

Pour ajouter à mon étonnement, le principe d'intrication quantique montre que de deux particules jumelles, si une est observée, l'autre apparaît simultanément. Aux antipodes du réalisme scientifique et des lois de la physique classique, comment un tel fait peut-il se produire sans un rapprochement physique entre elles ?

Comment une entité matérielle peut-elle subrepticement dicter à une autre comment agir ou exister quand elles sont séparées par d'aussi longues distances? Particules et photons - matière et énergie – peuvent apparemment se transmettre instruction et savoir d’un bout à l'autre de l'univers.


 

During this process, no time will elapse, no matter their distance apart. It's as if there's no space between them.

Beyond Biocentrism, p.58

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Eclipse solaire

Publié le par Ysia

Eclipse solaire

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Vénus

Publié le par Ysia

Vénus semble être le parent pauvre des missions spatiales. Des 26 propositions d’étude soumises à l'agence spatiale NASA au cours des trente dernières années, aucune n'a été retenue. Notamment dans le cadre du programme Discovery,  le projet DAVINCI, (Deep Atmosphere Venus Investigation of Noble gases, Chemistry, and Imaging) d'un demi-milliard vient d’être rejeté. Cette année, la NASA a préféré deux missions d’étude d’astéroïdes Lucy et Psyché. On attend pour savoir si, parmi les projets de plus grande envergure dans le cadre du programme New Frontiers, dont trois ont pour objectif Vénus, un sera retenu cette année.

Il y a 4 milliards d’années, Vénus avait un océan, ce qui pourrait indiquer l’habitabilité de la planète à l’origine. Approximativement de la même taille que la terre, elle a une période de rotation (243 jours) supérieure à sa période de révolution (225 jours). La similarité des deux planètes  au commencement pousse à vouloir comprendre pourquoi leur évolution a été si différente afin de déduire quelles exoplanètes seraient éventuellement habitables sur le long terme.

Il n’y a pas de plaques tectoniques et il y a moins de 1 000 cratères sur la surface de Vénus. D’après les missions d’exploration qui ont précédé,  la formation des plaines semble remonter à 500 millions d’années à l’époque de l’ancêtre humain-pieuvre sur terre...  Le basalte dans le sol montre le  resurfaçage de la planète par les coulées de lave. Il reste impossible à déterminer avec certitude si Vénus est aujourd’hui volcaniquement  active.  Les  formations plus élevées qui forment des quadrillages ou tessarae paraissent plus anciennes.  Le rapport Deutérium/Hydrogène est un  paramètre qui a donné la preuve de la présence d’eau il y a un milliard d’années.

Bien que nous connaissions la composition des gaz qui forment son atmosphère  - néon, argon, krypton et xénon  - les précédentes missions n’ont pas permis d’enregistrer des données en-dessous d’une altitude de 30 km. 75% de l’atmosphère demeure donc inexploré. Toute mission projetée devrait permettre l’exploration de  Venus en dessous de 12 km.

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Univers-bulles

Publié le par Ysia

Une zone située entre 6 et 10 milliards d'années-lumière de la Terre et large d'un milliard d'années-lumière est anormalement froide sur la carte des fluctuations de températures de la voûte céleste. La découverte de ce point froid par le satellite Planck relance le débat sur la question des univers-bulles. Une hypothèse est que ce point froid aurait été causé par une collision entre notre univers et un autre univers-bulle. Si de futures analyses, plus détaillées, du rayonnement fossile le prouvent, il pourrait s'agir de la première preuve de l'existence d'un multivers. Des milliards d'univers comme le nôtre pourraient exister.

Si ce point froid est bien une manifestation du multivers, ce serait sans doute une conséquence de la théorie de l’inflation. Un peu à la façon dont se forment des bulles dans un liquide, la croissance de l'une d'entre elles aurait conduit à entrer en collision avec la nôtre, laissant la trace de cette anomalie.

Ce schéma en deux dimensions représente une portion de l'espace-temps d'un multivers infini que l'on peut considérer localement comme plat. À un instant T0, un univers bulle naît et gonfle presque à la vitesse de la lumière dans ce multivers. Il correspond aux cercles rouges que l'on voit représentés aux dates T1 et T2. Mais dans cette bulle, du fait de la géométrie particulière de l'espace-temps plat, un univers à courbure négative apparaît comme infini, mais en expansion pour des observateurs y existant. Différentes dates de son histoire sont représentées par les temps cosmiques t1 et t2 de cet univers : ils correspondent à une sorte d'instantané de la structure spatiale de cet univers infini, mais néanmoins contenu dans une bulle de taille finie. Il se pourrait que les anomalies dans le rayonnement fossile signalent que nous sommes dans un univers ressemblant beaucoup à cette bulle. On voit sur ce diagramme d'espace-temps les trajectoires de galaxies (en jaune).

Univers-bulles

Selon cette idée, non seulement la Terre n’est qu’une planète parmi tant d’autres, mais l’Univers est lui-même insignifiant à l’échelle cosmique, un parmi un nombre incalculable d’autres univers régis par leurs propres lois.

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-le-multivers-existe-t-il-28762.php

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Univers matériel

Publié le par Ysia

L'observatoire spatial Fermi de la NASA lancé le 11 juin 2008 scrute le cosmos grâce à la plus forte forme d’énergie, les rayonnements gamma que sont les particules les plus énergétiques du spectre des radiations électromagnétiques. Il orbite la Terre à une latitude de 565 km, ce qui correspond à une période de 96,5 min. Son instrument principal, le télescope à grand champ à rayons gamma (ou LAT) (Large Area Telescope) détecte les rayons gamma. Il aide à étudier la stabilité et l’évolution des amas globulaires faits de centaines de milliers d’étoiles et fait découvrir, dans ce ballet d’étoiles,  les objets qui émettent les rayons gamma comme les pulsars millisecondes, les magnétoiles, les trous noirs et leurs disques d’accrétion ou encore les éruptions solaires sur l’autre face du soleil. Plus fascinant encore la possibilité qu’il puisse détecter ce « truc » mystérieux que l’on nomme  la matière noire. Le LAT a capté un même signal au centre de la galaxie voisine Andromède que celui constaté précédemment au centre de la Voie Lactée.  S’agit-il de la preuve de l’existence de la matière noire ou une forte concentration de pulsars ? Matière noire, cette substance mystérieuse qui constitue la plus grande partie de l’univers matériel. Et c’est bien son caractère insaisissable qui la rend fascinante. Insaisissable, et pourtant les astronomes en voient ses effets à travers le cosmos, notamment dans la rotation des galaxies.

La vision de l’univers diffère selon que l’observateur le voit à l’œil nu ou au moyen d’un télescope. Depuis 25 ans que la NASA emploie la science des rayonnements gamma, elle n’a pas fini de nous étonner. Au nord et au sud du centre galactique se trouvent deux bulles de rayonnement gamma qui s’étendent sur 25 000 années lumières !!!! Quelle est leur nature et quelle est leur origine ? Elles semblent avoir été le résultat d’une période active, d’un-demi million d’années au plus, du noyau galactique que constituent un trou noir supermassif et un disque d’accrétion produisant des jets de particules. Le fait que ces bulles soient apparues il y a 1 à 3 millions d’années signifie que la Voie Lactée était bien différente au temps de l’Homo Erectus et autres espèces du genre Homo.    

 

Sa contrepartie sur terre, le grand collisionneur de hadrons (Large hadron collider), sonde les constituants élémentaires de la matière et leurs interactions à des échelles incroyablement petites et à des énergies colossales comme le fait le LAT qui étudie les particules cosmiques qui se déplacent à la vitesse de la lumière et produisent des rayonnements gamma lors de leur interaction avec les nuages de gaz interstellaires et lumières stellaires. Physiciens, Astronomes, Astrophysiciens, leurs investigations se complètent.  

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Le long voyage de Cassini

Publié le par Ysia

Le long voyage de Cassini

La sonde spatiale Cassini qui a commencé son long parcours en octobre 1997 dans le but d'étudier la planète Saturne et ses lunes prolongera encore une fois son périple pour s'engouffrer dans l'atmosphère de Saturne vers des régions inexplorées vingt ans après son lancement, en septembre 2017.

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

L'atterissage de Schiaparelli

Publié le par Ysia

L'atterissage de Schiaparelli

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>