Nouvelle exposition

Publié le par Ysia

Exposition jusqu’au 5 juillet à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

Exposition jusqu’au 5 juillet à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

We are all an assembly of parts, pieces and life experiences, and we bring those experiences to the things we do every day. It's what makes us who we are! I've come to learn that my childhood, education and travels influence my dreams, desires and decisions.

Stephen T. Ayers

La sculpture est à la fois la plus abstraite et la plus positive des expressions plastiques. Positive, parce qu’il lui est impossible d’esquiver les difficultés de sa tâche sous des artifices verbaux et que la forme ne vivra qu’à la condition d’être logiquement construite de quelque côté qu’on la regarde. Abstraite, parce que la loi de cette construction ne nous est révélée que par une série d’opérations mentales de plus en plus généralisatrices. La sculpture, avant d’être un art, fut une science, et nul sculpteur ne pourra faire oeuvre durable s’il n’en a retrouvé dans la nature même les éléments générateurs.

Ellie Faure, Histoire de l'Art, p.50

Avant Dédale, la plastique grecque ne connaissait que des images informes, disent quelques auteurs tardifs. Les plus rudimentaires étaient privées de mains, de pieds, d'yeux ; d'autres avaient les bras allongés et collés aux flancs, les jambes et les pieds joints, les yeux fermés. Le premier, Dédale avait ouvert leurs yeux, détaché les jambes et les pieds, les mains et les doigts, si bien que ces images semblaient vivre, se mouvoir, marcher, respirer, parler même, et qu'il fallait les enchaîner pour empêcher leur fuite.

Waldemar Deonna,Les yeux absents ou clos des statues de la Grèce primitive

Nouvelle exposition

Publié dans Stone by stone

Partager cet article
Repost0

HOW TO LET GO OF THE WORLD

Publié le par Ysia

Publié dans Cheminement

Partager cet article
Repost0

Langues et environnement

Publié le par Ysia

Les langues sont des perspectives du monde variées, multiples. Ces perspectives colorent notre façon de voir les choses et sont particulières à chaque groupe linguistique. Les langues indigènes de l’Arctique par exemple ont un lien unique avec l'environnement. Pourtant 21 ont disparu et 28 sont le plus gravement menacées d’extinction.

Partager cet article
Repost0

L'esprit inconscient

Publié le par Ysia

Chaque œuvre nouvelle est destinée, dans l’esprit de son auteur, à corriger la précédente, à achever une pensée qui ne s’achèvera pas. Il refait sans cesse son travail, en le modifiant sur les points qui, dans le travail antérieur, ne rendaient qu’imparfaitement sa sensation ou sa pensée. Quand l’homme s’interroge et s’efforce, il ne change pas vraiment. Il ne fait qu’écarter de sa nature ce qui est étranger à sa nature, et en approfondir ce qui lui appartient. Ceux qui brûlent leur œuvre avant qu’on ne la connaisse parce qu’elle ne les satisfait plus, passent pour être doués d’un grand courage. Je me demande s’il n’y a pas plus de courage à consentir à n’avoir pas toujours été ce que l’on est devenu, à devenir ce que l’on n’est pas encore, et à laisser la vie aux témoignages matériels irréfutables des variations de son esprit.

Ellie Faure, Histoire de l'Art

La conscience est la propriété des êtres sensibles.

L’attribut des créatures vivantes 眾生相/衆生想 autrement nommées les êtres sensibles 有情. Sattva 眾生 (薩埵), c’est l’ensemble des êtres sensibles qui résultent d’une myriade de conditions et sont la combinaison des cinq agrégats. Il s’agit de l’agglomération inextricable de matières organiques qui apparaissent dans leur corporéité 色 en suivant des règles immatérielles sous l’emprise des sensations 受, limitées par les perceptions 想 et dominées par l’acte volitionnel 行 au sein de la conscience 識.

http://www.resonanceouvanite.com/2014/08/section-3-5.html

Ainsi je parle de la neuropsychologie, de l'étude de l'être sensible reconnu dans la relation entre le cœur et l'esprit, dans ce qu'il ressent, dans l'élan de vie qui le traverse. Le système d’activation réticulaire, et surtout la substance grise périaqueducale, caractérise la conscience des êtres vertébrés, dont l'origine remonte à plus de 500 millions d'années. Qui sont- ils? Mammifères, reptiles, amphibiens, poissons et oiseaux.

Pourtant 95 pour cent de notre activité mentale est inconsciente, alors que dire de l’Inconscient ? Est-il de nature génétique ou physiologique ?

The Unconscious Mind

Je suis un « autodidacte ». Je l’avoue sans honte et sans orgueil. Ce premier volume, qui me pèse, m’a du moins servi à me rendre compte que si je n’étais pas encore, au moment où je l’ai écrit, un peu en dehors du troupeau social, je répugnais déjà à entrer dans le troupeau philosophique. Bien loin qu’une esthétique a priori ait présidé à mon éducation d’artiste, ce sont mes émotions d’artiste qui m’ont progressivement amené à une philosophie de l’art de moins en moins dogmatique. On trouvera, dans beaucoup de ces vieilles pages, les traces d’un finalisme qui, je l’espère, a presque disparu de mon esprit.

Ellie Faure

Partager cet article
Repost0

Trou noir

Publié le par Ysia

Il y a quelque 1,3 milliards d'années, deux trous noirs entraient en collision provoquant des ondes gravitationnelles qui nous parviennent encore aujourd'hui et détectées par l'observatoire américain LIGO dont Kip Thorne est le fondateur et ses deux gigantesques interféromètres situés à 3000 kilomètres l'un de l'autre. Le verrouillage gravitationnel qu'imposent les trous noirs aux planètes potentielles…

De l'Espace-temps quadridimensionnel de la relativité générale à un Univers pentadimensionnel: une dimension temporelle et quatre dimensions spatiales.

.

L'unification de la relativité générale et de la mécanique quantique n'est toujours pas résolue : la théorie des cordes ainsi définie.

Des trous noirs physiques aux trous noirs métaphoriques …

 

Il y a un trou noir au cœur de la biologie. Pour dire les choses carrément, nous ne savons pas pourquoi la vie est comme elle est. Toutes les formes complexes de vie sur terre ont un ancêtre commun, une cellule qui a pris naissance à partir de simples progéniteurs bactériens à un moment donné il y a quatre milliards d’années... La vie est apparue un demi milliards d’années après la formation de la planète Terre...

Nick Lane, The vital Question

Était-ce un fait accidentel, le fruit du hasard ou y-a-t-il eu d’autres échecs dans la marche de l’évolution, dans l’évolution de la complexité phénoménale ?  Un trou noir évolutionnaire, chaînon manquant entre la simplicité morphologique de la bactérie originale et la complexité de l’environnement naturel, des écosystèmes et des êtres vivants.

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

JR

Publié le par Ysia

Publié dans Cheminement

Partager cet article
Repost0

La matière pensante

Publié le par Ysia

Les quatre caractéristiques fondamentales de l'esprit sont subjectivité, agentivité, conscience et intentionnalité.Il faut concevoir la conscience dans son sens général en tant qu'état physique, révélée dans le comportement du sujet et dans sa définition philosophique en tant qu'expérience vécue : je pense donc je suis.

Quelles sont les parties du cerveau essentielles à la conscience? ,...C'est le néocortex des régions supérieures qui est le plus étroitement lié à la conscience. Et comment la conscience circule de l'aire sensorielle du premier ordre située à l'arrière du cortex cérébral à l'aire du cortex régissant la planification et la prise de décision ? par le biais des corrélats neuronaux. La conscience ne surgit d'aucune région en particulier, qu'il s'agisse du lobe pariétal, de l'insula antérieure, du sillon temporal supérieur ou d'autres, mais de neurones hautement connectés à l'interieur des régions et entre elles.

 

De la neuroesthétique (étude des expériences esthétiques au niveau neurologique) à la neuropsychanalyse...Du réseau neuronal à la main de l'artiste...
Le cerveau est-il un ordinateur quantique ? Le champ électromagnétique est-il présent dans le
cerveau et est-ce cela même la conscience? Et l'âme est l'étincelle vitale quantique tandis que la conscience collective ne serait plus alors que le champ magnétique de la terre....L'ombre de l'esprit.

Partager cet article
Repost0

L'Univers n'est-il qu'une simulation?

Publié le par Ysia

L'Univers est-il le produit de notre conscience? Ou notre conscience peut-elle être bernée, induite à penser que l'univers est réelle ?

Publié dans Les deux infinis

Partager cet article
Repost0

Art ancien chinois

Publié le par Ysia

C'est avec la civilisation Liangzhu (3310-2250 avant notre ère) qu'apparaissent les premières figures bestiales dans l'art ancien décoratif chinois.

 

Il est dit dans l'ouvrage japonais traduit en chinois de l'étude sur les motifs anciens d'animaux et de divinités 神与兽的纹样学 (Editions San-Lian, 2009) que les représentations bestiales gigantesques tendent à disparaître à partir de la dynastie des Zhou orientaux (VIIIe avant Jésus-Christ) pour laisser place à des objets de formes plus réduites que l’histoire nous a légués soit dans des tombes funéraires soit ensevelis en hâte, lors de la fuite des souverains déchus devant l’avancée des barbares du Nord.

 

Divinity and deer

 

A partir de la période Printemps et Automnes (VIIIe avant Jésus-Christ), les figures bestiales tendent à  être représentées de biais, rendant difficile leur identification. Conformément au système de pensée confucéen qui tient pour référence le modèle des souverains de la dynastie Zhou, on a voulu reproduire dans une moindre mesure l'art décoratif de cette époque jusque vers 600 avant Jésus-Christ alors que des formes contemporaines prennent naissance. A partir des Hans (IIIe siècle), tigres et buffles sont moins présents dans l’art décoratif que les ours et les cerfs et les représentations grandeur nature des lions de pierre coïncident avec le développement des relations avec les contrées lointaines de l’Ouest.

 

Au-delà d’une claire succession de figures bestiales au fil des siècles, qui incluent les représentations animales les plus surprenantes telles que les tapirs, il est intéressant de noter comment ces différentes figures allient parfois les caractéristiques d’autres animaux, comme un échange de qualités et le bœuf de porter des cornes de bouc. De fait, le simple ajout de cornes peut faire référence à une offrande au soleil.Divinités du feu, divinités du soleil, mais le feu aussi symbolise le soleil ! Et les représentations bestiales en hommage au soleil d’être recouvertes d’écailles, n’est-ce pas pour faciliter le coucher du soleil à l’horizon dans les mers profondes? Deer and nirvana

 

Figures animales et humaines se mêlent comme pour signifier un monde sans frontière des hommes et des divinités.head with harelip
 

Publié dans Art ancien chinois

Partager cet article
Repost0

Ophidien mythique

Publié le par Ysia

Jordan Paper also recently speculated that the taotie in ritual imagery derived "from either a mask-helmet signifying power and authority or the mask that is worn in symbolizing the spirit of the dead to whom sacrifices were offered')." Whether or not one uses anthropological theory or later literary data, without evidence from the Shang period it is not possible to substantiate whether "helpers" or "masks"ever existed in Shang religious practice. ... The moralistic tone in this passage is directly connected with Confucian exegesis of the 3rd century BCE for taotie are exemplary of evil that is recompensed by self-destruction. In another passage from the same text we learn that taotie like qiongqi are nothing but wild beasts without the ability to lead or protect the people. The latter moral message about taotie is documented elsewhere and at length, in the Zuozhuan, a text that corresponds with historical entries in the Chunqiu. There taotie is the name of the mythic power reknown for gluttony and as one of the four directional forces of evil that was destroyed by the heroic ruler Shun.

http://www.academia.edu/20838347/The_Metamorphic_Image_A_Predominant_Theme_in_the_Ritual_Art_of_Shang_China_Part_I

Ophidien mythique

Peut-on parler de mythologie primordiale répandue au gré des migrations humaines sur la planète? Peut-on enfin parler d'une ancienne croyance sortie d'Afrique en même temps que les premiers hommes?

L’image d’un dragon possédant une tête de mammifère, ou avec des attributs de mammifères (cornes, oreilles), se retrouve en Chine, durant la culture Hongshan, entre 4000 et 2000 avant notre ère. De petites images en jade, retrouvées dans des tombes, semblent hybrider dragon et cochon (sanglier?). Leur tête présente systématiquement un museau (qui forme une sorte d’expansion artificielle), des oreilles et des narines, avec une bouche ouverte et deux défenses sur les côtés. Le corps, longiligne, adopte la forme d’un C (Childs-Johnson 1991 : 82-84) et possède parfois une nageoire dorsale. L’origine de l’association d’une tête de cochon et d’un corps reptilien peut s’expliquer par les débuts de l’agriculture et le besoin de voir les troupeaux se multiplier. Le lien entre le dragon et l’eau est ici implicite : des références plus tardives trouvées dans la littérature chinoise classique considèrent le sanglier comme l’incarnation d’un esprit de la pluie et du tonnerre (Childs-Johnson 1991 : 91-93). Par ailleurs, les défenses de l’animal rappellent les cornes de nos autres images.

Julien d'Huy

Le motif du dragon se serait diffusé depuis l'Afrique du sud à la Chine.Et c'est  dans les contes et les mythes que se transmet l'imaginaire primordial.

Les différents types de dragons se diviseraient ainsi, de manière optimale, en trois groupes : — Groupe 1 : Afrique du Sud, Chine, Japon, Australie, Mésoamérique. — Groupe 2 : Grèce antique, aire indo-iranienne, aire celtique, aire germanique, aire slave. — Groupe 3 : Kabylie, Égypte, Hittites, Pays basque, Colombie britannique, Amérique du Nord-Est, Amérique du Mid-Ouest, Indiens des plaines, Grand Sud-Ouest américain, Californie, Basse Amérique centrale, Andes du Nord, Andes centrales.... le motif du dragon aurait quitté l’Afrique et, longeant les côtes du Pacifique, aurait atteint l’Extrême-Orient puis l’Australie et la Mésoamérique (groupe 1 ; une partie du groupe A). De cet ensemble, une élaboration plus tardive du motif (groupe 2 ; soit une partie du groupe A) puisant ses sources dans un substrat plus ancien, aurait suivi la migration des peuples indo-européens (Grecs, Indo-Iraniens, Celtes, Germains, Slaves). Une migration intermédiaire, paléolithique, partie probablement d’Extrême-Orient (étant donné la position centrale de la région), aurait permis la diffusion du motif aux Amériques d’une part et dans le bassin méditerranéen (et en Europe) d’autre part (groupe 3).

Julien d'Huy

L'ophidien mythique possédant une tête de mammifère, ou avec des attributs de mammifères tel que le décrit Julien d'Huy m'interpelle. Cela me rappelle  l'image omniprésente du Taotie 饕餮. Ce monstre indescriptible s'assimile-t-il à la combinaison hybride d'un dragon et d'un sanglier? De la phylogénétique du dragon...

Ophidien mythique
Ophidien mythique

Publié dans Art et Préhistoire

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>