Ophidien mythique

Publié le par Ysia

Jordan Paper also recently speculated that the taotie in ritual imagery derived "from either a mask-helmet signifying power and authority or the mask that is worn in symbolizing the spirit of the dead to whom sacrifices were offered')." Whether or not one uses anthropological theory or later literary data, without evidence from the Shang period it is not possible to substantiate whether "helpers" or "masks"ever existed in Shang religious practice. ... The moralistic tone in this passage is directly connected with Confucian exegesis of the 3rd century BCE for taotie are exemplary of evil that is recompensed by self-destruction. In another passage from the same text we learn that taotie like qiongqi are nothing but wild beasts without the ability to lead or protect the people. The latter moral message about taotie is documented elsewhere and at length, in the Zuozhuan, a text that corresponds with historical entries in the Chunqiu. There taotie is the name of the mythic power reknown for gluttony and as one of the four directional forces of evil that was destroyed by the heroic ruler Shun.

http://www.academia.edu/20838347/The_Metamorphic_Image_A_Predominant_Theme_in_the_Ritual_Art_of_Shang_China_Part_I

Ophidien mythique

Peut-on parler de mythologie primordiale répandue au gré des migrations humaines sur la planète? Peut-on enfin parler d'une ancienne croyance sortie d'Afrique en même temps que les premiers hommes?

L’image d’un dragon possédant une tête de mammifère, ou avec des attributs de mammifères (cornes, oreilles), se retrouve en Chine, durant la culture Hongshan, entre 4000 et 2000 avant notre ère. De petites images en jade, retrouvées dans des tombes, semblent hybrider dragon et cochon (sanglier?). Leur tête présente systématiquement un museau (qui forme une sorte d’expansion artificielle), des oreilles et des narines, avec une bouche ouverte et deux défenses sur les côtés. Le corps, longiligne, adopte la forme d’un C (Childs-Johnson 1991 : 82-84) et possède parfois une nageoire dorsale. L’origine de l’association d’une tête de cochon et d’un corps reptilien peut s’expliquer par les débuts de l’agriculture et le besoin de voir les troupeaux se multiplier. Le lien entre le dragon et l’eau est ici implicite : des références plus tardives trouvées dans la littérature chinoise classique considèrent le sanglier comme l’incarnation d’un esprit de la pluie et du tonnerre (Childs-Johnson 1991 : 91-93). Par ailleurs, les défenses de l’animal rappellent les cornes de nos autres images.

Julien d'Huy

Le motif du dragon se serait diffusé depuis l'Afrique du sud à la Chine.Et c'est  dans les contes et les mythes que se transmet l'imaginaire primordial.

Les différents types de dragons se diviseraient ainsi, de manière optimale, en trois groupes : — Groupe 1 : Afrique du Sud, Chine, Japon, Australie, Mésoamérique. — Groupe 2 : Grèce antique, aire indo-iranienne, aire celtique, aire germanique, aire slave. — Groupe 3 : Kabylie, Égypte, Hittites, Pays basque, Colombie britannique, Amérique du Nord-Est, Amérique du Mid-Ouest, Indiens des plaines, Grand Sud-Ouest américain, Californie, Basse Amérique centrale, Andes du Nord, Andes centrales.... le motif du dragon aurait quitté l’Afrique et, longeant les côtes du Pacifique, aurait atteint l’Extrême-Orient puis l’Australie et la Mésoamérique (groupe 1 ; une partie du groupe A). De cet ensemble, une élaboration plus tardive du motif (groupe 2 ; soit une partie du groupe A) puisant ses sources dans un substrat plus ancien, aurait suivi la migration des peuples indo-européens (Grecs, Indo-Iraniens, Celtes, Germains, Slaves). Une migration intermédiaire, paléolithique, partie probablement d’Extrême-Orient (étant donné la position centrale de la région), aurait permis la diffusion du motif aux Amériques d’une part et dans le bassin méditerranéen (et en Europe) d’autre part (groupe 3).

Julien d'Huy

L'ophidien mythique possédant une tête de mammifère, ou avec des attributs de mammifères tel que le décrit Julien d'Huy m'interpelle. Cela me rappelle  l'image omniprésente du Taotie 饕餮. Ce monstre indescriptible s'assimile-t-il à la combinaison hybride d'un dragon et d'un sanglier? De la phylogénétique du dragon...

Ophidien mythique
Ophidien mythique

Publié dans Art et Préhistoire

Partager cet article
Repost0

La figurine masquée

Publié le par Ysia

Beginners in sculpture often make the mistake of thinking that, to look finished, a piece must be smooth and highly polished, and so exclude some of the most expressive finishes that they could have chosen from. Instead it is important to understand that qualities of texture, tone, color, and exactness or sketchiness in the surface of sculpture allow the viewer to experience the finished work as if they are touching it or running a hand over its surface...
Some sculptors want to show the viewer that their work was made by hand, and leave traces of their efforts with a gouge, chisel, or saw. In the modern age, when many of the everyday items that surround us are made in factories and have an anonymous quality, it can be important to show that a piece was carefully and thoughtfully carved by an individual. The visible tool marks show energy lines and directions used in creating the piece, and have an expressive textural quality of their own.

The Sculptor's Bible, John Plowman

La figurine masquée

Exposition de la Figurine masquée jusqu’au 7 avril à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

Publié dans Stone by stone

Partager cet article
Repost0

L'agent et le patient

Publié le par Ysia

L'agent et le patient

道常無爲而無不爲

La voie n’agit pas et pourtant il n’y a rien dont elle ne soit l’agent (Laozi, section 37)

Ce sont ces paroles qui me reviennent pour expliquer 心有能所 dans 修行人心有能所。不名善法。能所心不滅。Il y a l'agent - ce qui agit - et ce qui subit l'action. L'actif et le passif. Le faire et l'être. Par exemple,

  • Les sens du toucher et de l'odorat sont essentiels mais l'air est l'agent de transmission.
  • S'agissant de la conscience et du cerveau, quel est l'agent? qu'est-ce qui subit l'action? Le cerveau, en tant que récepteur d’émissions, est l'agent.
  • Le fait que les choses vues le soient par soi, ce soi devient l’agent. Et ces choses vues deviennent le patient. Ce sont, en fait les deux manifestations de la nature véritable.

Le Livre des Récompenses et des Peines: “ Aucune porte ne s’ouvre sur le malheur ni sur le bonheur. C’est l’homme qui en est l’agent!
《太上感应篇》:“祸福无门,惟人自召”

A la section 3.5, j'écrivais :

心有能所 rappelle ce que dit Descartes :

De plus, il se rencontre en moi une certaine faculté passive de sentir, c'est-à-dire de recevoir et de connaître les idées des choses sensibles ; mais elle me serait inutile, et je ne m'en pourrais aucunement servir, s'il n'y avait en moi, ou en autrui, une autre faculté active, capable de former et produire ces idées.

Sixième Méditation

Le concept philosophique d’agentivité traduit un éventail illimité de possibilités entre les rôles d’agents et de patients, le potentiel et l’actuel, sujets ou objets et introduit un point fondamental sur la réalité objective des choses. C’est la conception universelle de causalité :

Être cause, [c'est] (...) accomplir les possibilités de l'univers, substituer partout l'actuel au virtuel, conférer à ce qui est déjà toute l'extension dont il est capable et qui lui est possible

Gilson, L’esprit de la philosophie médiévale, 1931, p. 150

Et c’est d’abord dans l’esprit que s’agitent imperceptiblement les forces actives et passives universelles.

 

Publié dans Bouddhisme Zen

Partager cet article
Repost0

Section 4.3

Publié le par Ysia

Section 4.3

S. Et pourquoi ? Les vertus méritoires des bodhisattvas qui font l’aumône sans demeurer au sein des attributs sont inimaginables.

C. 菩薩行施。心無所希求。其所獲福德。如十方虗空。不可較量。Les bodhisattvas qui font l’aumône sans en attendre quoi que ce soit sont récompensés par des vertus méritoires aussi incommensurables que l’espace vide aux dix directions.

言復次者。連前起後之辭。Dire « en outre », c’est pour lier ce qui précède avec ce qui suit.

一說布者普也。施者散也。能普散盡心中妄念習氣煩惱。四相泯絕。無所蘊積。是真布施。D'une part, 布signifie universellement et 施 signifie dissiper. Pouvoir dissiper entièrement de son esprit les passions, les habitudes et les pensées erronées sans que plus rien ne s’agrège en réduisant à néant les quatre attributs, c’est cela le don véritable.

又說布施者。由不住六塵境界。又不有漏分別。D’autre part, ceux qui font l’aumône ne résident pas dans le royaume des six poussières ni ne conçoivent de différence née du flot karmique.

惟當返皈清淨。了萬法空寂。Ce n’est qu’en retournant à l’état pur et immaculé que l’on comprend que tout n’est que vacuité.

若不了此意。惟增諸業。Sans l’avoir compris, on ne peut qu’enchaîner les actes karmiques.

故須內除貪愛。外行布施。內外相應。獲福無量。C’est pourquoi il faut extirper intérieurement la concupiscence et pratiquer extérieurement l’aumône afin d’obtenir des mérites incalculables.

见人作恶,不见其过。自性不生分别,是名离相。Voir l’autre faire du mal sans reconnaître sa faute, la nature indiscriminée, cela s’appelle se détacher des apparences.

J'ai entendu dire, dit Yen Houei, que le prince de Wei est dans la force de l'âge, que sa conduite est anormale, qu'il traîte sa principauté avec légèreté et qu'il ne veut pas s'informer de ses égarements.

Tchouang-tseu, Oeuvre complète,p.49

依教修行,心无能所,即是善法。修行人心有能所,不名善法. L’efficacité de l’esprit tient de celui dont la pratique se conforme à l’enseignement bouddhique, c’est cela la bonne loi. Celui qui s’exerce à la pratique, l’esprit plein de vanité, cela ne se nomme pas la bonne loi.

  • Cela me fait penser à l’être (所) et le faire (能) aussi longtemps que le faire n’est pas synonyme de prétendre. Le 能 dans le 道德經 (section 8) fait référence à la capacité, ou mieux encore “l’efficacité”. Le contraire de l’efficacité,  c’est la vanité des efforts et des prétentions.

Publié dans Bouddhisme Zen

Partager cet article
Repost0

Figurines

Publié le par Ysia

Les figurines de bois de Bornéo me rappellent les figurines funéraires en terre cuite du mausolée de Hanyang.

Figurines
Figurines

Publié dans Art et mysticisme

Partager cet article
Repost0

Hiram Powers (1805-1873)

Publié le par Ysia

Publié dans Cheminement

Partager cet article
Repost0

George Frederic Watts

Publié le par Ysia

Le passé n'est pas mort. Il n'est même pas encore passé (car les faits, si on les ignore, ne disparaissent pas ni leurs conséquences sur le long terme)


 

George Frederic Watts - The All-Pervading - Google Art Project

Assistants and George Frederic Watts - Hope - Google Art Project

Publié dans Art et mysticisme

Partager cet article
Repost0

L'esprit est un cerveau conscient

Publié le par Ysia

L'esprit est un cerveau conscient

L'intelligence n'est pas le but ultime de l'évolution. Le but ultime de l'évolution est la survie de l'espèce par le biais de sa reproduction. L'intelligence devient alors une conséquence ou plutôt un facteur associé. Le cerveau n'est qu'un jeu de Lego, un assemblage ordonné de modules de reconnaissance des schémas dont les connexions innées s'ancrent par l'apprentissage.
C'est au néocortex qu'il appartient de maîtriser les signaux de peur lancés. Ainsi le cerveau de l'homme moderne est ce cerveau reptilien auquel se sont greffées des facultés transcendantes. Il me semble que si le cerveau n'est pas un ordinateur, l'esprit me fait pourtant penser à la matérialisation de ce que l'on nomme aujourd'hui, l'informatique en nuage. Selon Ray Kurzweil, How to create a mind?,Through experiments on the mind, la conscience consiste en la capacité de réfléchir sur sa propre pensée, c'est-à-dire la métacognition.
Peut- on dire que tout système physique est conscient ou bien que la conscience est une propriété découlant d'un système physique complexe? Il serait possible de parler de la conscience émergente de l'ordinateur. Les filaments cytosquelettiques sont à la base de la conscience, c'est-à-dire les microtubules dans chaque cellule. Mais ne faut-il pas finalement trouver la source de la conscience dans la biologie quantique ?
L'information en nuage est-elle une conscience collective? Selon Kurzweil, c'est en 2029 que pour la première fois nous parlerons d'une entité non biologique consciente. Un fusionnement se fera entre les outils créés et nous-mêmes si bien que la distinction entre hommes et machines disparaîtra. Ce processus est déjà en marche avec l'établissement et l'expansion inexorable de l'information en nuage. Ainsi la conscience, selon lui, est bien une propriété découlant de la configuration d'une entité et ne constitue pas son substrat. Si la science est une expérience objective, la conscience quant à elle est une expérience subjective. La question est donc de savoir depuis quand l'homme est conscient et si d'autres espèces vivantes partagent un certain niveau de conscience. La conscience collective d'une colonie de fourmis est plus remarquable que celle d'une fourmi solitaire.
Le monde, moi inclus, n'est que la superposition de niveaux de réalités.
S'agissant des deux hémisphères du cerveau, ils semblent représenter la combinaison de deux faces d'une même réalité ou une conscience double. Mais si chaque hémisphère est dotée de sa propre conscience, faut-il aussi attribuer à l'activité inconsciente du néocortex une conscience indépendante?
Sommes-nous conscients des décisions que nous prenons au moment exact nous les prenons ou y a-t-il une pause, un temps de retard avant la prise de conscience de l'acte amorcé ? Faut-il penser que l'élan vient de l'inconscient avant d'être constaté par la conscience ou que l'élan vient d'un hémisphère et est enregistré par l'autre hémisphère avec un temps d'arrêt? Pulsion profonde de l'être humain conduisant au déclenchement des fonctions motrices.Non, la conscience, ce n'est pas réfléchir sur sa propre pensée. La conscience, c'est analyser chaque sensation, chaque expérience, son propre regard sur autrui, sur la lune, le soleil, l'arbre à la fenêtre, la nuit noire et la douleur qui nous traverse. Analyser chaque pas, chaque décision, l'autre et ses propres sentiments illusoires.

Partager cet article
Repost0

Le langage des rêves

Publié le par Ysia

Réponse: “Ce n’est encore qu’un rêve. Simplement parce que tout ce qui implique la pensée, la discrimination, la spéculation et les manifestations de son propre esprit n’est que rêve.

Bernard Faure, Le Traité de Bodhidharma: première anthologie du bouddhisme Chan, p.83

Les rêves sont des exemples de pensées indirectes... Un rêve est une série de schémas mis en scène dans la trame d'une histoire. La différence entre les rêves et la réalité est que les actes voire les pensées interdites ou refoulées dans la réalité sont autorisés dans le rêve.

Dream Snake

Australian Dream

Partager cet article
Repost0

Ori Gersht

Publié le par Ysia

Publié dans Cheminement

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>