Avoir une pleine compréhension de la vie

Publié le par Ysia

 

L’historien de l’art chinois Zhang Yanyuan 张彦远 , auteur  de l’ouvrage Mémoires sur les célèbres peintures des générations successives 历代名画记, fut le premier, au temps de la dynastie Tang (618-907),  à affirmer qu’il fut un temps en Chine où le langage écrit et la représentation graphique étaient une et même chose. Alors advint la séparation entre les deux.

 

A  l’aspect religieux des symboles, il faut ajouter le rôle de repères géographiques, sorte de langage codifié des populations nomades entre elles. C'est dans le but de démarquer un territoire encadré de montagnes que les populations nomades non-chinoises auraient tracé des représentations symboliques sur la roche, notamment au site des monts Yin en Mongolie intérieure, dont certaines, d'une essence abstraite et spirituelle, sont évocatrices des motifs de l'art décoratif ancien chinois de la civilisation néolithique Liangzhu. Autre région riche en peintures rupestres est le sud-ouest de la Chine, notamment le Yunnan où  vécut l'ancien groupe ethnique du Royaume Shan, cependant sédentaire.

 

Taotie 

 

On reconnaît que la fonction rituelle et  la fonction de bornage du paysage ne sont pas incompatibles. Monts et vaux, mers et terres, en tant qu’entités à la fois sociales et culturelles, sont sujets à l’objectivation des Anciens qui associent à chacun de ces repères divinités et esprits. Et que l'on retrouve, sur la roche, trace de ce culte du soleil auquel l'étude japonaise sur les motifs anciens d'animaux et de divinités 神与兽的纹样学 (Editions San-Lian, 2009), citée dans l'article sur l'art ancien chinois, fait référence.

 

Zhuangzi rapporte certaines croyances et superstitions de la Chine ancienne dont l’art témoigne par les représentations multiples des esprits:


Le réchaud portatif est occupé par l’esprit aux souliers; le fourreau par l’esprit au chignon; dans le fumier à l’intérieur de la porte loge l’esprit Tonnerre. Au bas du recoin nord-est de la maison s’agite l’esprit Grenouille et Lézard; au bas du recoin nord-ouest  l’esprit Lumière qui déborde; sous l’eau, l’esprit Image fuyante, et sur la colline, l’esprit Luxuriance; dans la montagne habite K’ouei, l’esprit à une seule patte; dans la campagne inculte, l’esprit Hésitant; dans la lande, l’esprit Serpentement.face-a-face
(L'Oeuvre complète de Tchouang-tseu, trad. par Liou Kia hway, p.154)  

 

沈有履,灶有髻。戶內之煩壤,雷霆處之;東北方之下者,倍阿、鮭蠪躍之;西北方之下者,則泆陽處之。水有罔象,丘有峷,山有夔,野有彷徨,澤有委蛇

 

 

 

 

* A ne pas manquer le site remarquable de la Fondation Bradshaw sur l'Art rupestre dans le monde et l'article du Professeur Paola Dematté sur le site de Yinshan 阴山, en particulier.

Publié dans Art ancien chinois

Partager cet article

Repost0

Sur l'origine de la thérianthropie

Publié le par Ysia

Je sais qu'il ne faut pas confondre réalité et observation, mais c’est le privilège de l’artiste que d’offrir une approche plus personnelle et subjective de l’art, même préhistorique, et d’individualiser notre monde.  Le renne, l’ours, le lapin, le rhinocéros, le cheval, l’antilope, le porc, le lion, le renard et bien d’autres font partie de l’imagerie des peuples anciens. L’homme préhistorique fait sien son pouvoir de réalisation par mimésis à travers les processus que la psychanalyse moderne nommerait paréidolie, apophénie et hiérophanie. Plus de 4 milliards d’années compte notre planète, qui sommes-nous ? La mémoire collective est victime des éboulis du temps par la faute desquels notre oubli a fait tomber le rideau sur les symboles originels.

 

Sur l'origine de la thérianthropie et s'agissant de l'art préhistorique des grottes en France et en Espagne, l'auteur de The creative explosion  écrit :

 

Bouc"Artists frequently drew parts without bodies as well as bodies without parts, isolated horns, heads, legs, necks, and so on. They also have a variety of ways of distorting animal forms, depicting horses for examples with round ballooning or sausage-like "dachshund" bodies, long snakelike necks, and timy heads some with weird "duckbill" mouths. Their works included ambiguous animals, ill-defined creatures with could be horses or oxen or deer, bison or ibeses... - not to mention an abundant menagerie of "monsters" or imaginary species like the so-called unicorn in Lascaux, bears with wolf heads and bison tails, reindeer with webbed feet"  (John E. Pfeiffer, The creative explosion, Harper & Row, 1982) Cerf

 

S'agissant des figures inachevées de l'art préhistorique, Denis Vialou affirme: “Il nous a semblé impossible de concevoir qu’il ne s’agissait que de traces accidentelles (peintes) ou de traces de fond (graves). L’éventualité de maladresses d’artistes ou d’ « écoliers » parut d’autant plus invraisemblable que la plupart de ces témoins sont insérés dans les panneaux les mieux composés... L’absence de connotations rationnelles nous a poussé à localiser leur origine dans une ambiance symbolique, diffuse, frustre, primaire" (Denis Vialou, L'art des grottes en Ariège magdalénienne, CNRS, 1986, p.393)

Cheval

 

  Symboles qui me fascinent.  Denis Vialou observe qu'il ne suffit parfois que d'une marque, un signe pour représenter un bouquetin ou qu' une ligne en « S » représentant une corne de bison, à côté d'un œil de bison, suffit à identifier l'animal. Schématisation, dépouillement extrême. Réduction à l'essentiel.

Alors que le propos d'une oeuvre d'art est par le biais d’une tridimensionalité de donner corps à une pensée, c'est vers une simple linéarité, une simplification graphique, une iconographie pure que je tends irrésistiblement.

  Poisson à deux têtes

        " Le mystique sait tout en se sachant ignorant ; il peut tout en reconnaissant son incapacité." *

 

 

L’art est un miroir dans lequel se reflète une image de nous,  une sorte de gémellité : un corps à deux têtes, un poisson à deux têtes, un visage double, une reproduction symétrique d’un objet coupé en deux. 

 

Doubleface (color) Dans le miroir, il y a l’idée de passage vers un autre monde, un au-delà. Et si dans l’ensemble des choses visibles et invisibles, il y avait une frontière les séparant ?   L'homme et sa doublure. Et si l’idée du miroir avait précédé l’objet du miroir et que par la gravure et la peinture, l’homme primitif avait tenté de reproduire l'expérience de son propre dédoublement de l'Un originel ?    Et si les rêves n’étaient que résonance ? De l’être à ses émanations.

 

 

 

Faut-il chercher au fond des cavernes les éléments d’une religion primitive qui expliqueraient le comportement de nos ancêtres ?Vénus à la traîne

 

« N'oublions pas que nous cherchons au fond de l'âme, par voie d'introspection, les éléments constitutifs d'une religion primitive. » (Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, 1932, p.81).

 

Ainsi l’homme des cavernes incarne notre propre questionnement de l’âme dans la pénombre, de tâtonnements en tâtonnements. C'est du fond denous-mêmes que nous tentons de ramener une révélation de la vérité à la surface de notre conscience . La caverne est un temple dont la disposition respecte les règles d'une religion primitive.

 

... Etrange association d’idées qui me pousse malgré moi à comparer la Vénus sibérienne (Malta) à une Vierge byzantine !!!!!

 

* « Le paradoxe dans la mystique : Le cas de Hallâj », Pierre Lory, dans Ésotérismes, gnoses & imaginaire symbolique : Mélanges offerts à Antoine Faivre, éd. par R. Caron, J. Godwin, W. J. Hanegraaff et J.-L. Vieillard-Baron, Leuven, Peeters, coll. Gnostica, 2001.

Publié dans Art et Préhistoire

Partager cet article

Repost0

The accidental Masterpiece

Publié le par Ysia

  Cucuteni Figurine

 

 

Isn't that the best way to learn? To carry one's mistakes to their logical conclusion?

Michael Kimmelman, The accidental Masterpiece, p.125 

 

Petroglyph (2)

 

Art always has had to do with aura - spiritual in the past, individual aura in modern times. 

Be alert to the senses. Elevate the ordinary. Art is about a heightened state of awareness. 

ibid., p.82-84

Petroglyph (3)

Publié dans Cheminement

Partager cet article

Repost0

Emblème

Publié le par Ysia

Deux tigres

 

Selon le plus ancien manuscrit du Sûtra de la plate-forme 六祖坛经, l'édition Dunhuang datant du IXe siècle, le recours à l'imagerie animale prend une autre dimension dans la littérature du bouddhisme Zen:

 

L’esprit empoisonné est le dragon malin

Les poissons et tortues aquatiques sont les tourments.

Ce qui est vain et faux est représenté par les esprits et les fantômes.

Les trois poisons sont l’enfer.

L’ignorance et l’inconscience sont les bêtes... (section 35, You Feng, 1992) 

 

Quelle est donc la véritable signification des représentations animales dans l'art ancien chinois? 

L'usage veut que les tribus, clans et souverains s'approprient au fil des dynasties un ou des animaux pour emblème, comme des totems : cerf, buffle d'eau ou autre animal moins connu aujourd'hui -  l'argali, le takin, le montiacus, le cerf élaphe - rhinocéros, éléphant...c’est l’emblème choisi par le patriarche ou l’ancêtre qui ornera les bronzes familiaux des générations successives. 

 

Note :

Les trois poisons sont la concupiscence, la colère et la stupidité.

Publié dans Art ancien chinois

Partager cet article

Repost0

Déchiffrer le code

Publié le par Ysia

 

Doubleface (color)  

Doubleface

PrincessEntrer dans le cercle fermé des symboles de l’art décoratif ancien chinois, où “yang”  qui signifie soleil est représenté par le bélier ou ses cornes, au pinyin identique, et où le nombre liu (six) est associé à lu (cerf). Vvisage

 

Je ne peux présenter de certitude sur les énigmes de l’art ancien chinois  lorsque l’auteur japonais de l’étude citée dans l'article précédent souvent exprime son ignorance et sa perplexité. Selon les quelques pistes qu'il a énumérées pour aider à déchiffrer ce code, la représentation du V droit ou inversé très présente, notamment sur l'espace frontal ou pour tracer le nez, ferait référence au caractère "qian" associé au principe premier et au souffle originel que le nez, partie saillante du visage, permet de véhiculer. Vvisage3

Publié dans Art ancien chinois

Partager cet article

Repost0

Anges et visages mondains

Publié le par Ysia

Les trois caractéristiques fondamentales du visage sont les yeux, le nez, la bouche. Trois ensembles doubles comme pour mieux marquer l’ambivalence de la nature humaine. Que de visages torturés avant de pouvoir créer l’image idéale entre saint et démon. Papier buvard Yeux (2) 

 

Comme du papier buvard, les traits se profilent, se creusent et s’animent, créant le visage inconnu, mystérieux, torturé à la fois félin et oriental. Représentation d’une idée, d’une pensée, d’un état d’esprit, d’une sagesse méditative, d’une intense spiritualité. Papillon fragile sans refuge qui galope comme un cheval au gré du vent. Arbre de vie, arbre d’éveil sous lequel est pour la première fois apparu le visage en paix du futur Bouddha, Maitreya. Les yeux sont une puissante affirmation de la vérité révélée, nue, miroir de la vie intérieure.Tels des anneaux entrelacés, des cœurs qui battent. Expression du commencement de l'intelligence conceptuelle! Bouche, nez, yeux, orifices mystérieux, sont les symboles d’un retour vers le néant et s'intègrent dans le rôle que joue l’image dans la genèse de l’écriture.  L’esprit géométrique, par le biais des formes en arc ou en cercle, héritages des grottes ornées de la préhistoire, précède la pensée analytique et abstraite de l’homme moderne.

Prehistoric Face

 

figure préhistorique

 

 

 

Prehistoric-face--3-.JPG

Publié dans Art et mysticisme

Partager cet article

Repost0

Agonie et extase de la création

Publié le par Ysia

La créativité est un état d’esprit qui se nourrit de lui-même et de son environnement. La créativité, c’est comprendre intuitivement les règles symboliques. C’est porter son attention en-dehors de soi sur l’inattendu, l’inconnu, le mystère. C'est se perdre soi-même pour que surgisse sa voix intérieure, cri desespérément humain. Il faut reprendre son souffle et trouver sa voie, sa voix en  laissant venir l’inspiration. Continuer sans l’ombre d’un doute, sans ultime récompense, juste par passion ou obstination et laisser un brin de folie s’infiltrer dans sa vie.

 

This capacity to invent a striking pattern, especially when applied to such familiar shapes as a head or a hand, is what is known as artistic imagination. Imagination is by no means first of all the invention of new subject matter, and not even the production of just any kind of new shape. Artistic imagination can be more nearly described as the finding of new form for old content, or - if the handy dichotomy of form and content is eschewed - as a fresh conception of an old subject. The invention of new things or situations is valuable only to the extent that they serve to interpret  an old - that is, universal- topic of human experience. (p.142, Art and Visual Perception, Rudolf Arnheim) 

*CREATIVITY (Flow and the psychology of discovery and invention), Mihaly Csikszentmihalyi, First HarperPerennial Edition, 1997

 

Il me tient d'ajouter au titre de l'extase le commentaire ancien chinois s’agissant des six règles régissant l’art de la peinture selon Xie He (5e -6e siècle) 谢赫. La première 气韵生动 fait référence pour certains à la résonance spirituelle et pour d’autres à la vitalité (du trait). a pour sens original le souffle. rappelle la note musicale, expression sonore par définition temporelle. C’est cette énergie vibratoire que l’artiste cherche à faire passer dans sa création. Pour une excellente présentation des six principes (en anglais), à lire la page d’Ulrich Theobald.

Publié dans Art et mysticisme

Partager cet article

Repost0

Triptyque: Noir Abstrait

Publié le par Ysia

Triptyque (1)

Triptyque (3)

Triptyque (2)

Publié dans Encre de Chine

Partager cet article

Repost0

Symbolisme de la Lumière

Publié le par Ysia

As-tu pénétré jusqu'aux sources de la mer? T'es-tu promené dans les profondeurs de l'abîme?  Les portes de la mort t'ont-elles été ouvertes? As-tu vu les portes de l'ombre de la mort? As-tu embrassé du regard l'étendue de la terre? Parle, si tu sais toutes ces choses.  Où est le chemin qui conduit au séjour de la lumière? Et les ténèbres, où ont-elles leur demeure? Peux-tu les saisir à leur limite, Et connaître les sentiers de leur habitation? (Job 38 : 19 Louis Segond (1910))

 

Est-ce la lumière qui se retire ou les ténèbres qui recouvrent de leur manteau la lumière ? Est-ce les êtres sensibles et objets inanimés qui reflètent la lumière ou ont-ils en eux une lumière intrinsèque dont l’éclat varie suivant les circonstances spatiales et temporelles? Luminosité ou réflexion? L’illumination, c est le degré de luminosité qui s'ajoute à l’éclat ou à la couleur d’un objet (Rudolph Arnheim, Art and Visual Perception, Chapter VI, Light), comme une couche de lumière laquée. Ainsi parle-t-on de relativité dans l’intensité lumineuse et observe-t-on l’éclat de chaque objet inanimé et être sensible dans le monde environnant, suivant l’intensité lumineuse des uns et des autres.   Winged-Old-Man-with-a-Long-White-Beard

 

L’effet de lumière ou effet de transparence est réalisé par la technique du glacis. Vers 1500, les peintres utilisaient du papier de couleur sur lequel ils appliquaient des reflets d’encre blanche et des hachures noires pour marquer les ombres. Souvent, ils commençaient leurs œuvres par une peinture monochrome, esquisse de fresque, qu’ils recouvraient d’un glacis transparent. Le symbolisme religieux de la lumière était connu des peintres depuis l’époque du Moyen-âge. Les peintures de Rembrandt présentent une scène sombre au centre de laquelle une lueur de lumière porte un message  de l’au-delà (Rudolf Arnheim, Art and Visual Perception).  Puisque l‘art cherche à tromper, Rudolf Arnheim explique dans son ouvrage Art and Visual Perception, a Psychology of the Creative Eye, l’importance du volume, de l’espace, des couleurs, du mouvement et des formes dans l‘art de la tromperie. Quelques règles d’or privilégient l’ordre dans l’équilibre et la mesure, règle de simplicité, à laquelle s’emploient les traits de Titien, les hachures et les lignes courbes de Dürer. Il met l’accent sur l’orientation dans l’espace, la constance des formes et la taille des objets dans le but de produire l’effet d’illusion. C’est la complexité de la relation entre ces différents éléments qui contribue largement au lyrisme d’une œuvre vivante. Toute déviation de cette ligne de conduite demande à être expliquée et justifiée, invoquant les raisons suivantes :

  • l’incompétence de l’artiste
  • son incapacité à  reproduire ce qu’il voit au lieu de ce qu’il sait,
  • sa mise en application aveugle des conventions,
  • son handicap visuel ou trouble neurologique qui entrave sa faculté visuelle
  • sa violation délibérée des règles d’exécution (p.97) 

Il s’agit de trouver l’équilibre:

  • entre le côté droit et le côté  gauche : when two equal objects are shown in the left and right halves of the visual field, the one on the right looks larger. For them to appear equal, the one on the left has to be increased in size.
  • entre le haut et le bas: If one wants the two halves to look alike, one must make the upper half shorter. (p.30)

Quant aux couleurs, red is heavier than blue, and bright colors are heavier than dark ones…A black area must be larger than a white one to counterbalance it. Rembrandt notamment renonça à utiliser la couleur bleue because it did not fit its chords of golden brown, red, ocher, and olive green. (p.60)

 

Rudolf Arnheim poursuit  sur le thème de la perception visuelle en énumérant les différentes formes de représentation à travers les âges, notamment :

  • la présentation vue de côté et orthogonale des figures de l’Art égyptien,
  •  la représentation en perspective, notamment par le chevauchement,
  • l’introduction de la troisième dimension par l’arrangement oblique des formes et  des objects,
  • la juxtaposition des plans qui donne de la profondeur au champ visuel et
  • l'image de répliques opposées dans les arts ethniques : The American Indians solved the problem of presenting the characteristic side view and the frontal symmetry of an animal at the same time by splitting the body into two side views. These were combined in a symmetrical whole and kept precarious contact with each other by sharing either the middle line of the back or the head or by cohering at the tip of the nose or the tail.(p.131-132) . Ces mêmes représentations se retrouvent sous des formes similaires dans l’art décoratif ancien chinois, telle celle inspirée par les figures bestiales 饕餮 des motifs décoratifs millénaires, dont la raison d’être était de chasser les mauvais esprits.   

 

Taotie

Enfin, c’est la vision périphérique qui permet l’appréhension de l’énigme de la Joconde : son sourire…  

Les neurones du cortex visuel primaire ne réagissent pas seulement aux lignes mais plus précisément à celles présentant une orientation spécifique – verticale, horizontale ou oblique (The Age of insight, pp.246 & 260, Eric R. Kandel, Random House, 2012). La créativité du cerveau s’exprime dans la capacité du système visuel de révéler chaque image, chaque tableau, chaque paysage sous des conditions différentes de luminosité et de distance (The Age of insight, p.236, Eric R. Kandel, Random House, 2012).  

Publié dans Cheminement

Partager cet article

Repost0

De la définition de l'esprit

Publié le par Ysia

Xin, idéogramme fondamental dans la littérature du bouddhisme en général  et de l’enseignement zen en particulier qui signifie autant “esprit” que “cœur”.

 

Le cœur de Jésus est  un symbole quaternaire du soi et ce n’est donc pas un hasard s’il est devenu Christ-In-Silenceprogressivement l’objet d’une vénération rituelle spécifique. Différentes illustrations médiévales placent le cœur de Jésus au centre d’un mandala… Le motif du cœur  souligne tout spécialement l’essence du sentiment humain dans le Christ, ce qui signifie qu’un élément féminin, sous la forme de la sagesse, demande à être reconnu… Il est qualifié de temple qui renferme  la vie du monde…  rose…,  coupe…,  trésor… fournaise de l’amour divin…”toujours brûlant dans le feu du Saint-Esprit (La légende du Graal, p.78, Emma Jung et Marie-Louise Von Franz, Albin Michel, 1988)

 

S'agissant du cœur: " symbole du centre et de la profondeur de la vie humaine", Lucien Braun écrit  qu'  …En chaque chose, il y a une bouche par laquelle son esprit révèle ce qui est en elle. Cette bouche parle de l’abondance du cœur… (Paracelse, p.76, volume 7 des Cahiers de l’hermétisme, Albin Michel, 1980)


 

Publié dans Art et mysticisme

Partager cet article

Repost0

<< < 10 20 30 40 41 42 43 44