De l’expression humaine primitive

Publié le par Ysia

Chinese-Mask.JPG

..un masque n'est pas d'abord ce qu'il représente, mais ce qu'il transforme, c'est-à-dire ce qu'il choisit de ne pas représenter. La Voie des masques, Claude Lévi-Strauss.

 

Red-mask--1--copie-1.JPG   Le masque dans les arts primitifs intervient comme un pont entre le visible et l’invisible, un acte de réflexion, un miroir de l’intérieur, une perspective cryptique sur l’au-delà. Le masque ne donne-t-il pas à voir le passé, l’ancêtre totémique sous une forme codifiée ? Une relation mnémonique, où de la mémoire surgissent des émotions souterraines, s’établit entre l’image primitive et le regard individuel. L’expression humaine primitive est le fruit de l’expérience mentale du regard, le produit d’un processus par lequel l’entendement agit dans un réflexe cérébral. 

L’expression primitive est une chimère intense, une pensée visuelle guidée par les perceptions sensorielles teintées par l’imaginaire et la mémoire collective ou individuelle. L’invariant culturel, témoin des archétypes de l’Orient en Occident, de l’Asie aux Amériques, fait l’objet d’une représentation binaire, d’une figure géométrique, d’un règne originel du son et du regard avant la civilisation des mots. 

L’empreinte mnémonique laissée par l’image primitive constitue un code du langage, un moyen de transmission du savoir.  Quelle est l'origine de toute iconographie ? Faut-il voir à la source un totem clanique, élément de l’arbre généalogique ? A l’origine est le signe devenu image, l’image devenue hiéroglyphe. L’expression primitive crée une présence et  confirme un lien historique que son traitement scientifique permet d’analyser. C’est par la reconstruction de chaque signe qui forme l’image qu’il est possible de remonter dans le temps jusqu’à la préhistoire de l’homme et de l’art. Le peuple Tainò des Caraïbes qui croyait que les hommes étaient nés des entrailles hypogées conserva la fonction de lieu rituel pour les cavernes et grava des pétroglyphes à l’instar de ceux de la préhistoire.

 

Carlo Severi « Pièges à voir, Pièges à penser », Gradhiva 1/2011 (n° 13), p. 4-7.
URL :
www.cairn.info/revue-gradhiva-2011-1-page-4.htm.

Black and White Mask (2)-copie-1

 

Le soleil, la lune et la nuit étoilée sont des ȃmes solitaires. De l’ère du bricoleur à celui de l’ingénieur, percepts et concepts se succèdent dans l’imaginaire de l’être humain au cœur de son espace vital où  le souffle ne va ni ne vient. Les cinq sens et les quatre éléments se combinent dans cet univers physique. Le problème essentiel est effectivement « de savoir pourquoi la pensée mythique manifeste une si grande et constante prédilection pour les animaux, les corps célestes et autres phénomènes naturels personnifiés » (Lévi-Strauss, La pensée sauvage, p.178). De l’ordre au chaos,  l’univers par le biais de la taxinomie zoologique, bactériologique ou botanique fait l’objet d’une classification par l’être humain systématicien. Les totems d’antan, pareils à des émanations d’une espèce, ont-ils été remplacés par les pommes et les sirènes? Ces nouvelles appellations totémiques représentent les nouveaux outils conceptuels, blasons de la société, acquis sociaux d’un symbolisme d’inspiration technologique, objets manufacturés. Faut-il être un monstre pour rester vivant? Modus operanti des héros modernes.

 

L’humanité, quant à elle, respire d’un seul souffle.

Partager cet article

Repost0

In search of a head

Publié le par Ysia

Cycladic head Getty Villa 96.AA.27

 

Publié dans Art et Préhistoire

Partager cet article

Repost0

Conscience collective

Publié le par Ysia

Ontologie des images

Langage numérique

Salpes flottantes en spirale magique

Cornes recourbées en veloutes

Amonnites abîmées au fond de l’océan

Images symboliques

 

Oracle d’Ammon (Ysia)

 

 

 

Algorithme de colonies de fourmis, intelligence en essaim. Comportement collectif révélateur d’une intelligence de groupe. Synergie de la conscience. Sociologie animale.

L’intelligence collective s’observe chez les insectes sociaux, comme les abeilles, les termites et les fourmis. L’instinct grégaire inné chez l’homme est un trait commun à d’autres espèces animales. Par le moyen de signaux s’opère la communication en groupe.

« Les abeilles sont à la ruche ce que les neurones sont au cerveau » déclare le spécialiste des neurosciences Jeffrey Schall de l’Université Vanderbilt.

Les neurones se servent de quelques-unes des astuces que les abeilles mellifères utilisent pour parvenir à prendre une décision. Un neurone du cortex visuel est pareil à une abeille éclaireuse.

L’intelligence en essaim signifie la mise en commun des capacités individuelles de raisonnement, une sorte de conscience collective d’un groupe, d’une population, de l’univers tout simplement dont témoignent manifestement un nuage de criquets, un banc de poissons, une volée d’oiseaux, une colonie de termites, une chaîne de salpes ou encore un troupeau de moutons.

Le professeur de biologie Tom Seeley de l’Université de Cornell affirme effectivement combien un essaim d’abeilles est comparable au cerveau humain : «  Un essaim me fait penser à un cerveau à nu perché sur une branche » déclare-t-il. Essaims et cerveaux prennent une décision de façon démocratique. Aucun neurone ne peut prendre seul une décision sur la base des informations transmises par nos sens. Ce sont des millions de neurones qui parviennent ensemble à prendre une décision collective ( The secret life of bees by Carl Zimmer), comme le fruit d'une collecte de données informatiques ou le résultat d’un moteur de recherche.

C'est dans un essaim d’idées et de pensées qu’il faut rechercher le destin universel. Stratégie collective dans un mouvement universel.  

Partager cet article

Repost0

Tour de Babel

Publié le par Ysia

Valkenborch babel-tower

Marten van Valckenborch (1535-1612)

 

Brueghel-tower-of-babel

  Pieter Brueghel l'Ancien (1525/1530–1569)

Les langues ne sont pas du tout réparties uniformément dans le monde. Tout comme certaines régions abritent une flore et une faune plus diversifiées, il en est de même pour la répartition des langues.  Le site Ethnologue répertorie à ce jour plus de 7 000 langues dont 230 seulement sont parlées en Europe alors que plus de 2 000 le sont en Asie. Une région caractérisée par une très grande diversité linguistique est la Papouasie-Nouvelle-Guinée qui compte plus de 800 langues parlées par 3,9 millions d’habitants, soit 4, 500 personnes pour chaque langue en moyenne, la plus faible dans le monde. Ces langues sont classées par famille, en 40 à 50 catégories distinctes.    (traduit par Ysia, Linguistic Society of America)

 

Valckenborch tower-babel

Lucas van Valckenborch (1535-1597)

 

Cleve-van construction-tower-babel

Hendrick van Cleve (1525–1589)  

 

 

Marten van Valckenborch Tower of babel-large

Marten van Valckenborch (1535 – 1612)

 

Partager cet article

Repost0

Cérémonie des Cendres

Publié le par Ysia

« …un sens profond se dégage de cette cérémonie des Cendres, qui rappelle à l'homme que la mort le menace sans cesse et qu'il doit souvent s'examiner et se juger, humblement, sévèrement, avec un esprit de pénitence et de réparation. L'humilité est une grande, une très grande vertu. Seule, elle est capable de rapprocher les distances que la nature et les lois mettent entre  les hommes : car elle inspire aux supérieurs la douceur et la charité, et aux inférieurs le respect et l'obéissance. Seule, elle peut atténuer et rendre plus légères les inévitables injustices de la vie et de la société, détruire, chez les forts, l'instinct de tyrannie et, chez les faibles, l'instinct de révolte. Mais combien ils deviennent rares, les humbles de cœur! Et qu'il est triste d'assister, comme aujourd'hui, au stérile et misérable triomphe de l'orgueil et de l'envie qui réclament l'absurde égalité de tous devant les jouissances. » (La bonne souffrance, François Coppée, 1898)

 

 

Publié dans Art et mysticisme

Partager cet article

Repost0

Hildegarde de Bingen (1098-1179)

Publié le par Ysia

Qu’est-ce qui fait tourner la roue ornée des sept figures animales que sont le léopard, le loup, le lion, l’ours, le cerf, le crabe (ou homard), le serpent et l’agneau ? Relation entre macrocosme et microcosme…

 

Roue-cosmique.jpg

 

Man and Universe, De Operatione Dei, Vision, p.44-45, Mathew Fox, Penguin Group, 1995

... le visage barbu du Père, qui mord sur la bordure supérieure de l’image et domine le visage glabre et écarlate du Fils, lequel tient dans ses bras, rouges eux aussi, le disque parfaitement circulaire du cosmos. La main gauche du Fils (au Sud) tient un phylactère qui traverse la bordure de l’image. Tout en bas de celle-ci, en dessous du cosmos, dépassent les pieds rouges et la frange de la robe blanche du Père. Le cosmos n’a donc pas la forme ovoïde ..., mais plus classiquement celle d’un cercle. Pour le reste, on retrouve les mêmes zones concentriques, mais au nombre de « six » (et non de cinq), de l’extérieur vers l’intérieur ; dans chacune se retrouvent aussi des groupes de vents, qui sont représentés ici sous la forme de têtes d’animaux (léopard, loup, lion, ours) et non d’humains,...

http://imagesrevues.revues.org/874

Dans la rotondité de la tête humaine, c’est la rotondité du firmament que l’on retrouve. Les dimensions justes et rigoureuses du firmament correspondent aux mêmes dimensions de la tête de l’homme.

Le Livre des œuvres divines, présenté et traduit par Bernard Gorceix, Paris, Albin Michel, 1982, p. 77.

Publié dans Art et mysticisme

Partager cet article

Repost0

Qui suis-je?

Publié le par Ysia

 

"There are many levels of consciousness and perhaps many varieties of consciousness. Perhaps there are as many or more sorts of consciousness as there are species and cultures." (précédemment tirée du site de l'Université de Waterloo, Canada)

 

Qui suis-je? Un dauphin dans le miroir. Les éléphants tout comme les dauphins se reconnaissent dans le miroir, signe qu’ils ont conscience d’eux-mêmes. Les dauphins sont des êtres hautement sensoriels. Ils communiquent à un autre niveau, celui du cœur et de l'esprit. Et le « je pense donc je suis » devient « je pense » donc il y a une conscience intérieure, trait commun de l’homme, du dauphin, de l’éléphant et du singe,  marque d’une intelligence complexe et du degré de cérébralisation :

 

…tout n’est donc qu’une immense ramification de psychisme se cherchant à travers des formes. Voilà où nous conduit, suivi jusqu’au bout, le fil d’Ariane. (Le Phénomène humain, p. 98)

 

L’âme humaine est animée du souffle vital, principe de  vie, appelé pneuma. Ce principe vital existe en toute chose: les pierres, les montagnes et les fleuves... L’être au fil des crises de son existence renaît, se réinvente et se transforme, se renouvelant impavidement dans sa connaissance de lui-même. Alors que le corps charnel s’altère, se détériore et putréfie, l’âme subtile grandit et se transcende. Si l’âme existe, elle est éternelle et indivisible du collectif dans le corps individuel mortel.

Lance Morrow, dans son article  The timeless wisdom of Kenko évoque l’importance symbolique de l’oreille interne pour notre sens de l’équilibre et ajoute que des écrivains comme Montaigne, Kenko mais aussi Dante ou encore Wodehouse à la fois réconfortent et consolident cette oreille dite interne.

Partager cet article

Repost0

Méandres

Publié le par Ysia

MéandresStay on your own course, steadying your boat on the big river of your life. Never deviate from your own conscience, feelings, ethics.
   A young man decided to leave the world of society. He started to fish for eel as a living. Every day he fished for bait and prepared his lines, 1100 hooks. The first day he caught many eels, but after that - never again anything. He kept going on and on for 2 years, every day putting out his lines.
   Now he is an artist, famous for his etchings of fishing boats and the harbor. More than 20 years later he learned the cause of catching no eel: he did not pickle the lines, so the eel smelled death and stayed away.
   His dedication did not change, and it brought him what belongs to him, even if it did not make any sense rationally.(I Ching, Oracle of the Sun, Hexagram 32)

Publié dans Cheminement

Partager cet article

Repost0

Schème conceptuel

Publié le par Ysia

天之 道,                               « La voie du ciel

不 爭而善勝,                          Sait vaincre sans batailler,

不言而善應,                           Répondre sans parler,

不召而自來,                           Venir sans qu’on l’appelle

繟然而善謀。                           Et former ses projets avec sérénité » (Lao-tseu, tao tö king, LXXIII, traduit par Liou Kia-Hway, Gallimard, 1967)

 

Cave

 

Images paratactiques de l'univers. Sphères liées les unes aux autres par la trajectoire de lignes itinérantes dans un libre va-et-vient. C’est dans la pierre, la glace, le bois que sont à l’infini reproduits les archétypes essentiels. Signes géométriques préhistoriques. Points, cercles, hachures, croix, lignes. Archétypes du commencement. Empreintes de la nature. Maillons de l’ordre universel.

 

Phylogénese. Du rubicon cérébral au rubicon linguistique, debout depuis 4 millions d’années, se confirme l'importance de la bipédie dans l’évolution humaine, entraînant une réorganisation du cerveau élargi. Le cerveau dressé sur son axe vertical est précurseur de la symbiose du corps, de la terre et du ciel, alors que le regard inquisiteur pointe vers l’horizon.  L’évolution du comportement humain est le produit de la biologie et de la culture. Sur le répertoire comportemental s’inscrit le langage.  (The Lives of the Brain, John S. Allen, The Belkhnap Press of Harvard University Press, 2009)

 

Biologie du langage. Système de signes oubliés. Du langage gestuel à l’expression orale, les artistes des cavernes sont l'aboutissement de 2 millions d’années de signes et gestes balbutiés. Bien plus qu’à un protolangage, c’est à une communication primaire de signes exclusivement que je m’intéresse, car elle constitue le commencement.

Publié dans Art et Préhistoire

Partager cet article

Repost0

Le Credo du créateur

Publié le par Ysia

 L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible…Les éléments spécifiques de l’art graphique sont des points et des énergies linéaires planes et spatiales… Les lignes les plus diverses. Taches. Touches estompées. Surfaces lisses. Estompées. Striées. Mouvement ondulant. Mouvement entravé. Articulé. Contre-mouvement. Tressage. Tissage. Maçonnage. Imbrication. Solo. Plusieurs voix. Ligne en train de se perdre. De reprendre vigueur (dynamisme).  (Paul Klee, Théorie de l’art moderne)

 

  Papunya

 

Formes. Sensations. Lignes dansantes, tourbillonnantes. Cercles primitifs. Répertoire de formes iconiques – cercles concentriques et lignes – qui pourraient être interprétées conceptuellement ; comme le déversement des émotions créatrices des ancêtres spirituels. Formes archétypes devenues hiéroglyphes. Hiéroglyphes devenus formes archétypes (Papunya, préface, Geoffrey Bardon and James Bardon, The Miegunyah Press, reprinted 2009) . Dans le cadre d’une évolution créative et mentale du genre humain (Lowenfeld, 1947), l’esprit libéré force le pouvoir créateur enfoui à se manifester. Hiéroglyphes et schémas à valeur symbolique rassemblent en un même univers idéogrammes et pictogrammes. Formes énergiques circulaires enferment le silence et le vide tactile. Les lignes véhiculent l’énergie centrale sans fin. Mouvement dans le repos. Repos dans le mouvement. Totems. Images extraites de rêves passés. Chemins mythologiques. Enigme mentale. Clef ! Caravane de chameaux, dunes du désert...

 

Australian-pattern-copie-1.JPG

Publié dans Cheminement

Partager cet article

Repost0

<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 > >>