Un ordre invisible

Publié le par Ysia

  Were one asked to characterize the life of religion in the broadest and most general terms possible, one might say that it consists of the belief that there is an unseen order, and that our supreme good lies in harmoniously adjusting ourselves thereto. This belief and this adjustment are the religious attitude in the soul. William James 

 

 

Avant que de poursuivre avec la traduction du commentaire et le parcours des êtres qui aspirent à la voie bouddhique, il m'appartient de faire une pause et prendre le recul nécessaire et de rappeler l'article de Jean-Pierre Deconchy, La définition de la religion chez William James. Dans quelle mesure peut-on l'opérationaliser ?. (Archives des sciences sociales des religions. N. 27, 1969. pp. 51-70) http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0003-9659_1969_num_27_1_2648. L'expérience religieuse inédite

 

débouche souvent sur la formation d'une Eglise nouvelle et protestataire; mais, en soi, toute expérience religieuse est hérétique et socialement aberrante : elle est a-sociale en ce sens qu'elle est toujours la négation d'une pesanteur sociologique et d'une pesanteur dogmatique. Dès qu'il y a orthodoxie, il y a tarissement de l'expérience religieuse et donc extinction de la "vraie"religion. L' expérience religieuse, si elle était réglée par le jeu de l'institution, ne serait plus véritablement une expérience : elle se serait engluée dans la religion sociale.

 

...Réalité subsistante ? Principe organisateur abstrait de l'univers ? Harmonie universelle immédiatement teintée de pragmatisme moral ? Ce serait bien difficile à préciser. En tout cas, la vie religieuse, c' est "la croyance qu'il existe un ordre de réalités invisibles et que notre bien suprême consiste à nous y adapter de façon harmonieuse". A l'occasion, cet invisible paraît se cristalliser ou hypostasier dans des êtres surnaturels subsistants : "La religion là où elle est active implique la croyance en des présences spirituelles et la conviction que notre communion avec elles est féconde et véritablement efficace". Il s'agit d'un "monde spirituel" qui déborde et dépasse le monde naturel des sciences physiques et du rationalisme :


"Dans l'histoire humaine le mot "religion" signifie bien des choses. Mais désormais quand je l'utiliserai, ce sera dans son sens "surnaturel" (supematuralist) qui implique que ce que l'on appelle l'ordre de la nature - qui constitue l'expérience que nous avons du monde -  n'est qu'une partie de l'univers total et que, par-delà ce monde visible, se déploie un monde invisible, dont nous ne savons rien de positif, mais dont notre vie en ce monde tire sa signification de la relation qu'elle a avec lui. Pour moi, la foi d'un homme religieux (quelles que soient les références doctrinales plus définies qu'elle implique) est avant tout la foi dans l'existence d'un ordre invisible où les énigmes de lordre naturel trouvent leur solution."



Commenter cet article