Section 2.9

Publié le par Ysia

知者不言,言者不知

Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas

(道德经,56章)

Bénarès

 

T. Les hommes et les femmes de bien (1) qui aspirent à l’esprit d’éveil insurpassé et parfait doivent ainsi demeurer et ainsi discipliner leur esprit (2).

C. A  se dit absence. Uttara se dit supérieur. Sam se dit authentique. Yañc (yak)  se dit total. Bodhi  se dit savoir (3). Absence, c’est qu’il n’y a aucune fange de l’abîme (4). Supérieur, c’est que les trois sphères du désir, de la forme et de l’absence de forme lui sont incomparables. Authentique, c’est la vue authentique. Total, c’est l’omniscience. Savoir, c’est savoir qu’en tout être sensible réside la nature de bouddha. Ce n’est que s’ils cultivent le cheminement qu’ils réussiront totalement à devenir bouddhas. Bouddha (5), c’est la sapience insurpassée, pure et immaculée qui mène sur l’autre rive. En conséquence, s’ils désirent cultiver le cheminement, les hommes et les femmes de bien doivent tous savoir quelle est la voie de l’éveil insurpassé et quelle est la loi de la sapience insurpassée, pure et immaculée, qui mène sur l’autre rive pour, de cette façon, soumettre leur esprit.

 

 

 (1) Preuve de l’effort de vulgarisation par Kumarajīva, c’est la deuxième fois qu’il emploie l’expression les hommes et les femmes de bien. Il  est imité par Paramārtha (T.237) qui ajoute qu’il s’agit de ceux-là qui cheminent dans le véhicule des bodhisattvas, ainsi nommés dans les autres traductions chinoises et les versions sanskrite (Conze) et tibétaine (Walleser). 

 (2) Ici et maintenant ! Voilà où demeure l’esprit. C’est une attention à la fois objective et détachée, une disposition active - et non passive - de l’esprit d’où ma première traduction (Le bouddha, qui habite la nature propre de chacun et chacune, veille consciemment et consciencieusement sur les pensées des être qui aspirent à l’éveil). Nos émotions sont-elles un héritage génétique, inadaptées à l’environnement moderne ?

Nos peurs, nos anxiétés sont bien celles dont nous parle Edward O. Wilson : We have created a Star Wars civilization, with Stone Age emotions.

 

(3) Anuttāra samyak sambodhi : suivant la section 2.6, A-n-uttāra se traduit par insurpassé, sam-yak-sam par parfait et bodhi par éveil. On trouve pour traduction complète de阿/耨多羅/三/藐/三菩提anuttāra samyak sambodhi  無上正等正覺, notamment  Kuiji (T1700 :: 阿耨多羅者此云無上也。三者正也藐者等也。三又名正菩提稱覺應云無上正等正覺). En revanche, Huineng commente 阿之言無 /耨多羅之言上/三之言正/藐之言遍 (偏)/菩提之言知. Il faut conclure en chinois無/上/正/遍/(正) 知. C’est ce que dit Zongmi (T.1701 : 阿耨多羅三藐三菩提。此云無上正遍正覺。謂正智遍智覺知真俗不偏不邪).

Pourquoi l’utilisation du terme 遍ou 徧  ? Si Huineng et Daochuan emploient le terme 遍, Zixuan (T.1702) confirme l’emploi des deux termes正 et 遍subséquemment ainsi que le commentaire金剛仙論 第2卷 (三藐者正也。…後三言遍也)。On trouve la même expression  藐之言遍dans 維摩經抄 (Taisho, Vol. 85, No. 2773).。

L’éveil est parfois la voie (金剛仙論 第2卷) et notamment dans金剛般若疏 (No. 1699), Jizang écrit菩提心者即 是道心。道謂正道。發正道心. C’est aussi  le nirvāṇa 菩提涅槃(Zhiyan, T. 1704), le plus souvent 覺. Mais Huineng (et Daochuan) choisit le terme 知/  智  savoir (connaissance). Dans T.1778, 維摩經略疏, Zhiyi 智顗, écrit : 言阿耨多羅三藐三菩提者此云無上正遍知道心. Ji zang dans維摩經義疏 (No. 1781 ) écrit阿耨多羅。此言 無上。三藐三。云正遍知。菩提言道.

正遍知 rappelle l'idée de vérité universelle. 無/上/正/遍/(正) 知, science universelle et insurpassée

 

(4) Le manuscrit le plus ancien présenté dans Enô kenkyû, (p.425) donne les caractères goushen 垢深 au lieu de gouran 垢染 que l’on trouve notamment dans l’édition Zokuzôkyô (p.332b). Huiyuan, contemporain de Kumarajīva, utilise cette expression, autrement rare, dans son œuvre 維摩義記 (Taisho, Vol. 38 , No. 1776, 得解脫時垢深不有故曰不也). Elle se trouve également dans le commentaire金剛般若經旨賛 de Yunkuang (No. 2735 ,Vol. 85)垢染 fait référence dans la littérature bouddhique à la pollution de l’esprit, de la nature propre et de toutes les choses. Son absence mène naturellement à la libération de tous les attributs et au vide.

(5) Daochuan écrit dans son commentaire 三者 au lieu de 佛.

 

* Jaime Hubbard, Expository Commentary on the Vimalakirti Sutra

Publié dans Bouddhisme Zen

Commenter cet article