Qui suis-je?

Publié le par Ysia

 

"There are many levels of consciousness and perhaps many varieties of consciousness. Perhaps there are as many or more sorts of consciousness as there are species and cultures." (Signs of Consciousness )

 

Qui suis-je? Un dauphin dans le miroir. Les éléphants tout comme les dauphins se reconnaissent dans le miroir, signe qu’ils ont conscience d’eux-mêmes. Les dauphins sont des êtres hautement sensoriels. Ils communiquent à un autre niveau, celui du cœur et de l'esprit. Et le « je pense donc je suis » devient « je pense » donc il y a une conscience intérieure, trait commun de l’homme, du dauphin, de l’éléphant et du singe,  marque d’une intelligence complexe et du degré de cérébralisation :

 

…tout n’est donc qu’une immense ramification de psychisme se cherchant à travers des formes. Voilà où nous conduit, suivi jusqu’au bout, le fil d’Ariane. (Le Phénomène humain, p. 98)

 

L’âme humaine est animée du souffle vital, principe de  vie, appelé pneuma. Ce principe vital existe en toute chose: les pierres, les montagnes et les fleuves... L’être au fil des crises de son existence renaît, se réinvente et se transforme, se renouvelant impavidement dans sa connaissance de lui-même. Alors que le corps charnel s’altère, se détériore et putréfie, l’âme subtile grandit et se transcende. Si l’âme existe, elle est éternelle et indivisible du collectif dans le corps individuel mortel.

Les Heures oisives qui se prolongent dans l’isolement lourd d’appréhension et l’exil, loin des siens et du pays natal, loin de tout repère, de toute identité à jamais oubliée jusqu’à ne plus être que l’ombre de soi pour qu’il ne reste plus rien que la vaine interrogation de ce que l'on est et de son devenir inexorable. Héritiers des artistes depuis longtemps disparus et à jamais oubliés,c’est dans l’isolement, le retrait de la vie sociale, que bien des auteurs comme Montaigne adoptèrent l’écriture comme d’autres adoptèrent la peinture.  Lance Morrow, dans son article  The timeless wisdom of Kenko évoque l’importance symbolique de l’oreille interne pour notre sens de l’équilibre et ajoute que des écrivains comme Montaigne, Kenko mais aussi Dante ou encore Wodehouse à la fois réconfortent et consolident cette oreille dite interne.

Commenter cet article