Prélude dans la prison cosmique

Publié le par Ysia

Seing things sideways

Seing things sideways

L’écriture est un cheminement irrépressible et fragmenté dont la finalité est un mystère.

The evidence for a new Age of Wonder would be a shift backward in the culture of science, from organizations to individuals, from professionals to amateurs, from programs of research to works of art.

Freeman Dyson, Dreams of Earth and Sky, 2015, p.137

Au cœur de la prison cosmique évolue la Terre autour du Soleil, peuplée de milliards d’êtres et de leur moi intérieur. A chaque instant, le moi s’agite et se déguise sous un habit social ou conceptuel, primitif ou narratif, autobiographique ou écologique.  Le soi individuel est intrinsèquement lié au corps, peu importe les masques qu’il porte en société, avec l’autre ou avec lui-même dans l’espace-temps, emprisonné. Je ne suis pas sûre qu’il faille étiqueter le soi.  Ce que je sais, c’est que, dissocié de mon être profond, mon moi rationnel apparaît tour à tour avec mon moi émotionnel dans une valse étourdissante et rarement avec mon moi spirituel qui recherche en arrière-plan les fils d’une vérité que mes mains ne peuvent rattraper jusqu’au bout du chemin… Ce que je sais, c’est que le soi se dépersonnalise pour se reconstruire à chaque étape d’une évolution personnelle irréversible lors de laquelle il redéfinit ses croyances et concepts dans une quête perpétuelle  d’ordre au bord du chaos, d’une nouvelle autoreprésentation de lui-même.

There are two diametrically opposed forces forever at war in the heart of man: one is memory; the other is forgetfulness.

Loren Eisenley, The Time effacers

Sur les traces des théoriciens Stuart Kauffman et Per Bak,  s’il faut poursuivre la fascinante comparaison entre réseaux galactiques et réseaux neuronaux, les articles d’Alex Hankey et Christopher W. Tyler apportent matière à réflexion. Il me semble qu’une structure fractale a pour raison d’être la libre circulation de l’information et s’il faut considérer l’univers comme un tout, habité d’étoiles moléculaires, peut-on parler de la conscience comme d’une forme d’énergie apte à se structurer en une série de niveaux auto-organisés dont les principes opérationnels ne découlent pas des niveaux précédents mais émerge de la criticalité/criticité auto-organisée de structures indépendantes de l’échelle universelle ? L’univers s’adapte à la complexité de l’espace-temps et tend alternativement vers l’ordre et le chaos dans un cycle ouvert ou fermé.

A cognitive illusion is a false belief that we intuitively accept as true. The illusion of validity is a false belief in the reliability of our own judgement

Freeman Dyson, Dreams of Earth and Sky, 2015, p.223

La physiologie fractale, qui décrit des phénomènes de la vie organique, s’applique-t-elle aussi bien à la constitution des êtres vivants qu’à l’architecture moléculaire des étoiles froides de l’univers ? Le tissu moléculaire d’une étoile donne la preuve de l’émergence de structures auto-organisées et dépendantes de l’échelle considérée.

S’il faut parler d’une conscience à l’échelle stellaire ou à l’échelle humaine, étudier comment le flux d’information traverse l’espace et le temps qu’il s’agisse de trous noirs, de jeunes étoiles de la Voie Lactée, des réseaux galactiques ou des réseaux neuronaux est la voie à suivre.

Le poète, qui franchit le seuil de territoires inexplorés, tâtonne et trébuche et se laisse à rêver impatient que c’est à la frontière entre la physique quantique et la physique classique que voyage la conscience en apparence freinée dans ses mouvements à chaque échelon de l’échelle de grandeur et c’est par l’effondrement à l’échelle de Planck des espaces-temps superposés qu’elle se hisse d’un niveau à l’autre.

So relative is the cosmos we inhabit that, as we gaze upon the outer galaxies available to the reach of our telescopes, we are placed in about the position that a single white blood cell in our bodies would occupy, if it were intelligently capable of seeking to understand the nature of its own universe, the body it inhabits

Loren Eisenley, The cosmic prison

Exploxive tendencies

Exploxive tendencies

Publié dans Les deux infinis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article