Le grand final de Cassini

Publié le par Ysia

Le grand final de Cassini

Le 15 septembre marquera la fin de vingt années d’exploration pour la mission spatiale Cassini. L’engin a commencé sa chute ultime à travers les anneaux de glace de Saturne. La mission comprenait à l’origine la sonde Huygens qui a atterri sur Titan, l’une des 62 lunes de Saturne.

Lancée le 15 octobre 1997, la mission spatiale Cassini est parvenue à destination le 1er juillet 2004. Il ne lui reste plus que 3% de carburant, de quoi terminer sa descente sur Saturne qui a commencé en décembre 2016. En 13 ans, Cassini aura pu observer deux saisons sur la planète Saturne puisqu‘une saison équivaut sur la Terre à sept ans et demi. Elle aura changé plusieurs fois d’orbites pour mieux prendre la mesure des anneaux et observer Saturne d’un point à l’autre du globe, Ainsi avons-nous pu voir à son pôle nord le gigantesque hexagone cyclonique.

L'observation des anneaux pourrait confirmer s'ils sont bien le produit de la disparition d’une ou de plusieurs lunes dont les innombrables morceaux orbitent aujourd’hui autour de Saturne. Jupiter et Neptune possèdent aussi des anneaux moins brillants, ce qui indiquerait une désintégration plus ancienne de leurs lunes.

Si Huygens a atterri sur Titan, Cassini nous a fait découvrir d’autres lunes comme Daphnis, Pan et Atlas. Encelade, de 500 kms de diamètre, semble donner la preuve d’une activité souterraine avec ces jets de glace, phénomène que l’on observe dans une moindre mesure sur Titan,  Mimas et Dione. Le flot liquide souterrain pourrait contenir la vie.

Titan est la seule lune à posséder une atmosphère, ce qui la fait paraître plus large qu'elle ne l'est. Des pluies de méthane y ont été détectées. Elle pourrait bien ressembler à ce qu’était la Terre il y a 2 milliards d’années.

Quand on dit que Saturne - tout comme Jupiter - est une planète gazeuse, cela signifie qu’elle n’est qu’atmosphère en quelque sorte. Le plutonium 238 qui aura servi à alimenter le générateur devrait se désintégrer dans l’atmosphère. La NASA a favorisé la chute de Cassini sur Saturne plutôt que de prendre le risque que la sonde s'écrase sur une lune de Saturne comme Titan qui semble présenter des possibilités de vie. Les sondes assignées à d'aussi lointaines missions ne peuvent pas être générées par l’énergie solaire.

Publié dans Cheminement

Commenter cet article