De la difficulté de trouver un marbre de bonne qualité

Publié le par Ysia

Statue palmyrénienne jusqu’au 3 avril à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

Statue palmyrénienne jusqu’au 3 avril à Torpedo Factory, Alexandria (Virginie)

La réussite ou l’échec d’une sculpture en marbre dépend de la qualité du marbre employé. Que Michel-Ange n’ait rencontré aucun problème dans le choix et le transport du marbre qu’il a travaillé est le préalable indispensable à la beauté de son art. Je m’étonne toutefois qu’un bloc de marbre après quarante ans (William E. Wallace, Michelangelo in and out of Florence, 1992, p.65) n’ait pas subi les dommages dus aux intempéries, comme c’est le cas du marbre que je me suis procurée l’an dernier si sableux, friable, jauni et cassable qu’il me semble téméraire de vouloir persévérer. Était-il entreposé à l’ abri pendant tout ce temps ?

 

Michelangelo’s dependence on a source of high-quality marble, skilled quarrymen, and organized transport was a problem that little concerned most other artists of the High Renaissance. .. he had access to the best material of his profession and some unusual opportunities to exploit it… The marble block from which Michelangelo carved the David was famous for its exceptional size – it was known simply as “il gigante” – and it languished uncarved for more than forty years partly for that reason. It is extremely rare to find and successfully quarry blocks of statuary marble of this size

William E. Wallace

De la difficulté de trouver un marbre de bonne qualité

Je connais ce sentiment coupable, ce délai du destin qui nous oblige à abandonner vingt-cinq années  un projet.  Qu’il soit artistique ou littéraire, faut-il se résigner à l’appeler « utopie » et laisser aux générations futures le soin de l’achever ? L’être humain n’est qu’un maillon dérisoire dans la chaîne infinie de la vie. Il ne peut y avoir de regret (ibid., p.65-66).

Publié dans Cheminement

Commenter cet article