Monde à ARN

Publié le par Ysia

Le cycle de vie est un cercle. Si vous remontez suffisamment loin dans le temps, vous serez ramenés au futur. Il y a quatre milliards d’années environ, la nature a synthétisé la vie à partir de la roche, de l’eau et du dioxyde de carbone. Un aspect important de la biologie synthétique aujourd’hui est l’effort actuellement déployé pour créer la vie en laboratoire.

Nathaniel Comfort (traduit par Ysia)

La vie pourrait tout aussi bien partir de l'ARN sans avoir besoin de l'ADN dans un processus de réplication sans fin. La seule différence est que l'ADN est dotée d'une plus grande capacité à emmagasiner l'information. Le proto-ARN est une première forme de génome, c'est-à-dire une enzyme primaire. Les bactéries, archées et eucaryotes forment les premières branches de la vie. Le simple fait que l'ARN s'autoréplique même avec des erreurs participe de l'évolution.

Les introns disparaissent pour réapparaître au cours du processus évolutif. L'ARN précède l'ADN dans un monde dicté par la chimie prébiotique. Mais d'où vient l'énergie nécessaire à la création de l'ARN? Un débat s'est fait jour sur la question de savoir, notamment, si les mitochondries sont apparues avant les eucaryotes pour être englouties dans une bactérie. L'ARN se présente sous bien des formes dans la plupart des bactéries. Ainsi l'évolution se poursuit à plusieurs niveaux : l'intron, l'organisme et la population.
Mais alors, à  l'avenir, les ordinateurs seront-ils suffisamment puissants pour créer la vie ? Et seront-ils à même d'acquérir ou de développer une conscience d'eux-mêmes?

Commenter cet article