Dunhuang

Publié le par Ysia

Il y avait probablement 20 000 manuscrits dans la bibliothèque murée 藏经洞啊 aux grottes de Dunhuang 敦煌石窟également connues sous le nom des grottes de Mogao 莫高石窟et des grottes aux mille bouddhas千佛洞. La Bibliothèque Nationale a répertorié la collection Pelliot.

La plupart de ces 20 000 documents ont été écrits à la main. Très peu ont été imprimés à partir de bois gravés 木刻本. Les manuscrits datent de la fin du IVe siècle à la fin du Xe siècle.

Selon Guide to an exhibition of paintings, manuscripts and other archeological objects collected by Sir Aurel Stein, in Chinese Turkestan (Londres, 1914), les fresques bouddhiques ont été exécutées par des artistes locaux dans un style d’influence chinoise proche de l’école gréco-bouddhique de Gandhara. De ces sites ont été recueillis environ 8 000 fragments de décor en stuc,  morceaux de bois gravé, outils en métal et en bois, lambeaux de tissu et vêtements, pièces de monnaies et gravures, 50 grands panneaux peints à fresque, 500 fragments de peintures à fresque et  environ 4 500 manuscrits sur papier, bois, etc. De la Grotte aux mille bouddhas, 500 peintures sur soie, papier et lin, dessins et gravures sur papiers, 150 pièces de tissu, de soie, de brocart, de damas et de gaze, etc, environ 6 500 manuscrits et livres imprimés, notamment un  rouleau de 16 pieds de long contenant le plus ancien texte dont la date est attestée, le Sûtra du Diamant avec frontispice imprimé par Wang Jie 王玠 le 15e jour du 4e mois, 9e année de l’ère Xiantong (11 mai 868). Les fresques sont des peintures sur plâtre décrochées des murs. Elles proviennent de Mingoi 七个星佛寺遗址, Miran, Khadalik et Farhad-beg-yailaki. Les peintures sur soie et papier proviennent toutes de la Grotte des mille bouddhas. Maitreya le plus souvent est dépeint comme un bodhisattva puisqu’il n’est pas encore bouddha.

Publié dans Bouddhisme Zen

Commenter cet article